Luxembourg Ceux qui travaillent dans une friterie n’ont guère la vie facile en ce moment. La température y est souvent intenable.

Le soleil tape bien fort sur la structure qui compose cette friterie située à Bertrix. Le thermomètre atteint déjà 26 degrés et il n’est même pas midi. À l’intérieur, les deux employés s’apprêtent à accueillir leur premier client. "Nous sommes en route depuis une heure car il faut préparer l’ouverture et activer les friteuses. C’est très pénible et éprouvant physiquement depuis que la météo est aussi clémente. On est même obligé de débrancher les deux frigos (boissons) la nuit. Sinon, on atteint déjà plus de 50 degrés lors de notre arrivée", explique Élodie qui semble bien tenir le rythme. Mais la journée ne fait que démarrer. Et elle sera longue.

Il faut dire que la chaleur juste au-dessus des friteuses en marche est accablante. Pour s’en convaincre, il suffit de mettre le thermomètre à quelques centimètres des friteuses. "On atteint déjà 42 degrés à cet endroit. Dans la pièce et si c’est comme hier, le mercure devrait atteindre au moins 60 degrés aux environs de 16 h. À la fin de la journée, je ne cache pas que l’on attend la douche avec impatience", enchaîne Aurélien.

Pour des raisons de sécurité et de politesse vis-à-vis de leur clientèle, ils sont obligés de porter des vêtements de travail (tablier et pantalon) toute la journée. Il n’est point question de déroger à la règle. Les heures d’ouverture restent les mêmes qu’à l’accoutumée. " Nous ouvrons en deux temps. De 11 h à 14 h et de 18 h à 22 h. L’été, les gens mangent plus tard. Surtout quand il fait chaud. Nous faisons donc très souvent une demi-heure supplémentaire pour les satisfaire. On ne s’en rend pas tout de suite compte, mais ce sont des journées très éprouvantes. On se sent vite vidé et épuisé ", dit Élodie avant de se rafraîchir.

Les deux employés avouent boire plus d’eau que d’habitude. Comme tout le monde, ils tentent de composer avec la chaleur. "L’important, c’est de bien s’hydrater… et de profiter des rares courants d’air comme celui-ci pour mieux respirer", conclut-elle tout sourire avant de servir les personnes présentes à la friterie.