Luxembourg Le gérant de Glace au Sahara pense arrêter de servir tout un quartier

La semaine caniculaire qui s’annonce fait des heureux du côté des glaciers. Pourtant à Messancy, ce n’est pas le cas de tout le monde. Le soir de la Fête nationale, un feu d’artifice a été tiré depuis le site du lac de Messancy. L’occasion pour le gérant de Glace au Sahara de bien vendre aux abords du lac.

"Sauf qu’on m’a demandé de partir peu avant le tir du feu d’artifice. Un échevin de la commune m’a signalé que je n’avais rien à faire là et que je devais aller vendre ailleurs. Que je n’avais pas les autorisations nécessaires pour servir à cet endroit", confie-t-il.

Suite à cet incident verbal survenu devant les clients, notre homme décide ensuite de poster un billet d’humeur sur sa page Facebook. Une publication qui a rapidement suscité une polémique grâce à plus d’une centaine de vues et de partages en quelques heures à peine. Il reproche à la commune son manque de souplesse et de tact.

"Ce n’était pas mon intention. Je ne veux pas créer une polémique avec la commune. Je voulais juste dire que parfois, il faudrait être plus souple avec les commerçants ambulants dont je fais partie. On ne s’en rend pas compte mais ce métier est… plus compliqué… administrativement parlant qu’il n’y paraît", ajoute-t-il, histoire d’en rajouter une couche.

Du côté de la commune, le premier échevin donne sa version des faits. Pour Georges Meunier, notre glacier n’avait rien à faire là ce soir-là. "Il n’avait pas d’accord pour vendre ses glaces à cet endroit. C’était un parc fermé. Donc, interdit aux commerçants. Mais il était présent de 20 h à 23 h 20. Après avoir eu une discussion avec le bourgmestre, nous l’avons laissé faire. Il a eu le temps de bien vendre, vu la nombreuse file de badauds qui se sont pressés devant sa camionnette. Mais juste avant le feu d’artifice (23 h 30), je lui ai demandé de quitter les lieux. Question de sécurité. Il l’a mal pris et m’accuse aujourd’hui de lui mettre des bâtons dans les roues", commente-t-il en voulant remettre les points sur les "i".

La suite ? Le glacier va sans doute arrêter de servir ses clients situés dans le lotissement jouxtant le lac. Une décision qui ne plaira sans doute pas à la cinquantaine de personnes concernées dans ce quartier.

L.T.