Luxembourg

Après quelques semaines de travaux, le restaurant Léo va rouvrir ses portes ce vendredi. Les clients vont découvrir un établissement d’exception. On s’y retrouve dans un hall de gare, avec deux wagons à quai. "Quand nous avons vu le bâtiment dans lequel nous allions agrandir le restaurant, nous avons directement pensé à une ambiance de gare, que ce soit hall de gare ou buffet, et toujours dans l’esprit de la Belle Epoque", explique Jean-Pol Alardin, l’architecte d’intérieur qui a rénové pour la troisième fois le restaurant Léo. "Nous avons profité de cette transformation pour développer de nouvelles idées. Il n’y a pas seulement un restaurant. Nous avons combiné avec un hôtel, des salles de réunions et séminaires, une salle de banquets…"

Jean-Pol Alardin est légitimement satisfait de cette réalisation majeure. "Je vais être franc, je suis très fier de cette réalisation. C’est un restaurant dont on parlera dans toute la Belgique et même au-delà. C’est un établissement comme on ne retrouve nulle part ailleurs."

La maison Léo existe depuis 1946. "Au départ, il y avait nos grands-parents et ensuite, nos parents", souligne Grégory Bertholet qui est aujourd’hui à la tête de l’entreprise avec son frère Arnaud. "On dit souvent que la troisième génération est souvent celle qui fait crouler une entreprise. Avec Arnaud, cela fait environ quinze ans que nous sommes rentrés au bercail et que nous travaillons dans la maison. Nous avons oeuvré dans la continuité, avec une remise en question permanente. C’est une grande fierté pour nous de continuer à faire prospérer l’entreprise. Quand nous avons eu l’opportunité de devenir propriétaires du bâtiment voisin, nous avons entamé une réflexion longue et complète sur l’évolution de notre établissement. Léo restera toujours Léo, nous ne changeons rien à notre philosophie mais nous allons pouvoir attirer une autre clientèle. Nous proposons quelques nouveautés mais nos fidèles clients ne seront pas dépaysés."

DM