Luxembourg Une épicerie itinérante vendant pas mal de produits bio en vrac

La Vrac Car, c’est une épicerie itinérante qui sillonne depuis quelques jours la commune de Léglise. Les marchés du terroir comme Léglise, Neufchâteau ou encore Fauvillers ne sont pas oubliés. Bientôt, la Vrac Car tournera du côté de Tenneville.

La particularité de ce nouveau concept ? "Une grande majorité des produits sont vendus sans emballage. Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Le client pourra lui-même choisir un produit et ne payer que la quantité qu’il achète. Pas ce qu’il y a autour", commente Sophie Décembry.

On comprend vite la démarche : arriver à obtenir le moins de déchets possible. Consommer responsable et proposer aux citoyens des produits de qualité. Majoritairement du local, du bio. Du bon. Pas nécessairement plus cher que les produits industriels… "Exactement. Les pâtes par exemple. Elles ne sont pas plus coûteuses. On trouve des produits alimentaires bio (pâtes, riz, légumineuses, farines, huiles, vinaigres, céréales, sel, sucre, épices, chocolats, biscuits, bonbons, café, thé…). Des produits d’entretien naturels pour la maison (vinaigre blanc, bicarbonates et cristaux de soude, savon noir, argile, liquide vaisselle…). Ou encore des produits d’hygiène sains (savon, shampoing, déodorant, brosse à dents et cheveux, huiles essentielles). Mes fournisseurs sont en Belgique mais d’autres se situent en France ou aux Pays-Bas. Et malheureusement pour le café ou le chocolat, cela vient du reste du monde. Pas le choix. Mais tout est conditionné en vrac. Pas de plastique chez moi", poursuit-elle.

En journée , Sophie Decembry travaille dans une école à Messancy. Elle y est employée en tant que secrétaire. Elle cumule donc deux jobs. Mais pour pouvoir pérenniser son activité, il va falloir trouver de l’aide. "Je n’en ai pas eu jusqu’à présent. Je vais donc devoir lancer une opération de crowdfunding, comme cela se fait ailleurs. L’idée est de récolter de l’argent pour pouvoir continuer à acheter les produits et ensuite, les écouler dans la région", conclut-elle.

L.T.