Luxembourg Occupé par le Tennis depuis 1991, le bâtiment pourrait laisser place à un espace vert

D’ici le mois de septembre, le Tennis Club de Marche devrait inaugurer l’extension de son hall sportif au centre culturel et sportif. La nouvelle infrastructure abritera deux terrains de squash et deux terrains de tennis flambant neuf. Lesquels remplaceront les anciens courts du Thiers des Corbeaux situés à l’autre bout de la ville, et dont les installations couvertes en forme de bulle datent des années 1980. Des rencontres y étaient encore programmées l’hiver ainsi que les jours de pluie, mais l’ensemble devenait humide et très difficile à entretenir. Sans parler des vestiaires, fermés pour cause d’insalubrité.

Alors que le club s’apprête à investir son nouveau complexe, la Ville a récemment fait l’acquisition des fameuses bulles. Plusieurs pistes sont à l’étude concernant leur affectation. Il est notamment question de raser le bâtiment pour en faire un espace vert. " Rien n’est encore été fixé, précise d’emblée Christian Ngongang, échevin des Sports. Le site pourrait devenir un espace de convivialité multigénérationnel dans le cadre du redéploiement du quartier. "

Plusieurs projets immobiliers doivent en effet voir le jour à proximité du Thiers des Corbeaux au cours des prochaines années, dont l’écoquartier du complexe Saint-François, les appartements de l’ancien arsenal des travaux, ainsi que le nouveau quartier de la Fourche.

" Il n’existe pas encore de véritable espace de vie dans les alentours, poursuit l’échevin. C’est pourquoi nous envisageons la possibilité d’y aménager un espace communautaire, un beau parc qui permettrait de conserver un poumon vert dans le quartier. Rien n’est encore définitif. Tout cela doit être conçu dans le cadre d’une réflexion globale. Mais nous n’allons certainement pas laisser ce chancre à proximité du centre-ville. " Il n’est en tout cas pas question d’y construire de nouvel immeuble, assure l’échevin.

Le projet pourrait faire l’objet d’une consultation populaire, comme ce fut le cas pour la couverture de la place aux Foires. " Nous voulons que le citoyen participe à l’avenir de la commune. Comme pour la place aux Foires, l’idée consistera à lui soumettre plusieurs propositions. "

N. P.