Luxembourg En attendant la maison de repos, la prime à l’adaptation du logement divise le conseil

En octobre 2017, la minorité "7 avec vous" avait convoqué le conseil communal afin de proposer de créer dans la commune de Manhay une maison de repos et de soins. Elle avait rappelé que 22 % de la population, soit 770 personnes, ont plus de 60 ans et que la commune risquait de "louper les subsides" si elle ne s’engageait pas dans le projet avant la fin de la législature. Le collège avait promis de confier à un expert l’élaboration d’une étude de faisabilité et proposé de mettre en place une prime à l’adaptation du logement pour le maintien à domicile des personnes âgées.

Le 3 mai dernier , l’étude de faisabilité de l’implantation d’une MR-MRS sur le territoire communal a été confiée à Idelux Projets publics. Au récent conseil communal, c’est la prime à l’adaptation du logement qui figurait à l’ordre du jour. Le bourgmestre Pascal Daulne a proposé de voter un règlement communal complémentaire au règlement provincial, pour permettre aux bénéficiaires de cette prime de recevoir, en sus, 50 % du coût des travaux d’adaptation, avec un maximum de 1.500 euros. Les travaux visés ? L’installation d’un fauteuil élévateur, de sanitaires adaptés, les aménagements et les poses d’aides techniques ou d’équipements directement liés à la nature du handicap.

Reste que toutes les personnes, âgées de 65 ans et plus, en perte d’autonomie, n’auront pas accès à cette prime. Elle sera en effet, en principe, dès le 1er août, accordée aux aînés dont les revenus bruts sont inférieurs ou équivalents au montant correspondant aux conditions fixées pour avoir droit à l’intervention majorée du statut BIM.

Ces limites financières ont fait réagir Geoffrey Huet, le chef de file de "7 avec vous". Il a proposé que cette prime soit accordée à tout le monde, sans restriction financière, précisant que les bénéficiaires du statut BIM peuvent disposer d’un patrimoine important et qu’à l’inverse, les personnes dont les revenus sont plus confortables, peuvent en être privés. Il a dès lors demandé que tous les aînés soient placés sur un pied d’égalité.

Le bourgmestre a répondu que le règlement communal pourrait, par la suite, être revu s’il s’avère que les critères sont trop restrictifs. Quant à l’étude de faisabilité sur la maison de repos, il espère recevoir les résultats avant les élections communales.

Nadia Lallemant