Luxembourg

Interpellation citoyenne ou coup de pub, l’intervention du jeune amarante a suscité pas mal d’agitation

Lundi soir, Bertrand Aubry, chef de file Défi pour les prochaines élections à Marche, a provoqué quelques remous au conseil communal qu’il suivait depuis le public. En cause, son interpellation « citoyenne » relative aux funérailles laïques ou civiles. Plus que le fond du problème, c’est sur la forme que le débat s’est emballé. « S’impliquer dans la vie d’une commune ne consiste pas seulement en l’élaboration d’un plan de communication audacieux, cela réclame aussi de traiter l’information avec rigueur et honnêteté », a répliqué l’échevin Jean-François Piérard au jeune amarante, lui suggérant de mieux s’informer avant d’intervenir en séance. « Juste pour vous donner une petite idée du chemin qu’il vous reste à parcourir : j’ai relevé pas moins de 7 fautes d’orthographe dans le petit fascicule que vous distribuez à toutes les manifestations auxquelles vous participez, mais aussi une information fausse quant au nombre de députés provinciaux. » 

Et l’échevin d’épingler l’utilisation par le candidat Défi du droit d’interpeller « comme une façon de se placer soi-même sous le feu des projecteurs. » Loin de se laisser démonter par la critique, Bertrand Aubry s’est même autorisé une petite parenthèse promotionnelle en guise de réplique, avant de conclure : « Je suis un peu navré que vous débordiez sur des sujets qui ne sont pas du tout en rapport avec l’interpellation ». La question s’est finalement soldée par… le départ des membres de l’opposition libérale. Alors qu’il dénonçait la forme de la réponse apportée par l’échevin, le chef de file MR Bertrand Lespagnard s’est fait interrompre par le bourgmestre : pas de débat sur les questions, c’est le règlement. « Vu la manière dont vous nous traitez et dont vous traitez les gens qui interpellent votre conseil, je pense que nous allons vous saluer », a lâché Bertrand Lespagnard avant de quitter la salle avec les membres de son groupe.