Luxembourg

L’Ardenne doit se mettre à la page du numérique si elle veut rester compétitive sur le marché des destinations touristiques. C’est en substance le message délivré lundi par les représentants de la marque aux professionnels du secteur.

« Une récente étude à démontré que 41% des opérateurs touristiques privés en Wallonie n’avaient pas la capacité d’offrir une réservation directe en ligne. C’est plutôt préoccupant », souligne le ministre wallon du Tourisme René Collin. Constituée en Groupement Européen d’Intérêt Économique (GEIE) depuis mai 2014, la destination « Ardenne » propose désormais une formation « chargé de projet en e-tourisme » à ses adhérents grâce au soutien de plusieurs programmes européens, de la Région Wallonne et du gouvernement du Grand Duché.

Objectif affiché : former des professionnels capables d’accompagner les entreprises touristiques et de promouvoir efficacement la destination sur les supports numériques. « L’évolution numérique et l’arrivée des smartphones ont profondément bouleversé les métiers du tourisme, avec l’apparition de possibilités de réservation en ligne, géolocalisation, réseaux sociaux, blogs, influenceurs, etc. », souligne Dominique Arnould, présidente du GEIE Destination Ardenne.

« De simples consommateurs de destinations touristiques, les visiteurs sont devenus des experts du voyage et recherchent, comparent et commentent leurs expériences en ligne. Cette évolution nécessite de travailler à la formation de personnels compétents, capables d’accompagner la mutation des modes de communication et de promotion. Sans quoi les bureaux d’informations n’auront plus lieu d’être et les destinations concurrentes capteront seules les faveurs des internautes. »

Trente-huit candidats issus de 23 structures belges, françaises et grand-ducales – maisons et offices du tourisme, syndicats d’initiatives, centres touristiques, etc. – participeront à cette formation dispensée par la société française Logitourisme. Une formation qualifiante et certifiée de 22 jours au cours de laquelle ils toucheront à la photo, la vidéo, le storytelling, le management numérique, le web… À la clé : l’obtention d’un titre de « chargé de projet e-tourisme » reconnu en Fédération Wallonie Bruxelles.