Luxembourg Des habitants de Nivelet ont placé leurs propres panneaux. Ils refusent de les enlever.

Des habitants de la rue de Rindchay à Nivelet dans la commune de Léglise sont en colère. En cause ? Le non-respect des 50 km/h dans leur rue. Il y a deux semaines, ils ont placé leurs propres panneaux pour rappeler aux usagers de la route la limitation de vitesse en agglomération.

Un exemple parmi d’autres : "Ralentissez, 20 enfants habitent dans cette rue." Un agent du Service public de Wallonie vient de passer chez eux pour leur demander de les enlever. "Actuellement, la vitesse moyenne est de 100 km/h", déplore un riverain. "Depuis 2010, on demande que des aménagements sécuritaires, comme un rond-point, un rétrécissement de la chaussée ou des îlots d’évitement soient installés pour obliger les automobilistes à ralentir. Comme rien n’a été fait, on a pris cette initiative. Ces panneaux ont un impact sur de nombreux automobilistes qui à présent lèvent le pied. Nous refusons de les enlever. "

Au Service public de Wallonie, on précise que l’agent n’a pas ordonné aux riverains d’enlever tous les panneaux. "Ils peuvent placer ce qu’ils veulent sur leur propriété à condition que cela ne gêne pas la circulation. Nous leur avons demandé d’enlever les panneaux qui se trouvaient sur le domaine public ou trop près de la voirie. S’ils n’obtempèrent pas, la police domaniale interviendra et des poursuites pourraient être engagées."

Le bourgmestre de Léglise, Francis Demasy, déplore lui aussi l’inertie du SPW. Il a organisé récemment une réunion afin de recueillir les témoignages et les a joints à un courrier adressé à la direction des routes à Arlon.

De son côté, le SPW rappelle que la vitesse dans les villages dépend avant tout du respect de chacun. Une vision globale prévaut et des aménagements ne peuvent être réalisés partout. Il précise toutefois que les zones dangereuses ont été répertoriées et seront classées d’ici la fin de l’année. Le ministre Carlo Di Antonio définira ensuite les projets prioritaires et les moyens budgétaires à y consacrer.

© DR