Luxembourg

Mardi, en fin d’après-midi, les gilets jaunes étaient de retour, sur la N 89, à La Baraque de Fraiture (Vielsalm), à proximité de l’échangeur avec l’autoroute E 25. Ils ralentissaient le trafic dans une ambiance bon enfant.

"Nous poursuivons l’action entamée vendredi matin", a indiqué la porte-parole du groupement. "On est resté sur l’îlot les premiers jours, puis on a fait un feu sur le parking situé à proximité. Depuis lundi, on est présent en fin d’après-midi et en début de soirée."

Les gilets jaunes font signe aux automobilistes et aux camionneurs. Certains s’arrêtent et conversent avec eux. Leur action se veut pacifique. Ils tiennent à ce qu’elle se déroule dans le calme et la bonne humeur. Les policiers de la zone Famenne Ardenne se sont rendus sur place à plusieurs reprises et n’ont constaté aucun débordement. "On ne veut ni perturber, ni bloquer le trafic", poursuit la porte-parole. "On est là pour faire connaître nos revendications et obtenir le soutien des gens de passage à La Baraque de Fraiture."

Leurs revendications ? Les gilets jaunes sont inquiets en raison de l’augmentation des taxes sur le carburant et le mazout de chauffage mais aussi du coût élevé des soins de santé. Ils réclament une augmentation de leur pouvoir d’achat. "Nous manifestons également pour que le pacte migratoire ne soit pas signé", complète un manifestant. Le groupement compte une trentaine de personnes originaires principalement des communes de Vielsalm, Gouvy et Houffalize. "Je suis en contact avec les responsables des actions qui ont été menées à Libramont, Bastogne et Marche-en-Famenne", conclut la porte-parole. "Malgré l’annonce de l’annulation de la manifestation, nous serons bien présents, ce vendredi, pour manifester dans le calme à Bruxelles."

Les gilets jaunes luxembourgeois se rendront en voiture jusque Liège. Ensuite, ils convergeront vers Bruxelles en train.

Nadia Lallemant