Luxembourg Le chantier a été stoppé car le permis était périmé. La minorité déplore le manque de rigueur.

Les travaux d’extension des vestiaires du club de foot de Harre, entrepris alors que le dossier n’était pas passé au conseil communal, font des vagues dans la commune de Manhay.

Après avoir interrogé par mail le collège, Geoffrey Huet et d’autres mandataires de la minorité 7 avec nous ont été surpris d’être interpellés, à plusieurs reprises, par des représentants du club de foot, lesquels les accusent d’avoir envoyé un courrier à la commune pour demander l’arrêt des travaux. Ils qualifient cette information de mensongère et se défendent d’avoir formulé une telle demande.

"Il était tout à fait légitime de s’interroger car nous n’avons pas eu accès au P.-V. du collège", souligne Geoffrey Huet. "Les questions relatives à la date de la décision, à l’impact budgétaire et urbanistique étaient celles que tout mandataire est en droit de poser."

Le bourgmestre Pascal Daulne s’explique, tout en précisant que le prochain scrutin n’est sans doute pas étranger à la démarche. "Les responsables du club nous ont annoncé que le club de football féminin régional de Aisne (EFA) souhaitait venir jouer dans leurs infrastructures" , indique-t-il. "Le collège a marqué son accord sur les travaux d’aménagement des vestiaires afin qu’ils soient adaptés aux dames. Les dépenses engagées ont été effectuées en toute légalité et dans le respect des procédures des marchés publics. La dépense, inférieure à 15.000 euros, ne devait pas passer au conseil."

Quid de l’arrêt du chantier ? "À la suite de cette interpellation, je suis allé personnellement consulter le permis d’urbanisme et j’ai constaté qu’il était périmé alors qu’en toute bonne fois nous étions persuadés qu’il était toujours valide, d’autres travaux ayant été réalisés auparavant. J’ai dès lors ordonné l’arrêt immédiat du chantier. Si je ne l’avais pas fait, la minorité aurait certainement remis en doute mon intégrité et critiqué mon inaction."

De son côté, le groupe 7 avec nous regrette que ce dossier n’ait pas été mené avec plus de sérieux et de rigueur.