Luxembourg Laurence Le Bussy sera tête de liste pour Commune Passion

À Durbuy, libéraux et socialistes aborderont les prochaines élections en front commun.

"Membres du PS et du MR, nous nous sommes rencontrés il y a environ 2 ans", explique Laurence le Bussy, cheffe de groupe socialiste au conseil communal. "Nous sommes partis du constat que, sans être mauvaise, la politique de la majorité CDH actuelle s’était éloignée de la vision que nous avions de la gestion communale et des valeurs que nous défendions. La population se sent délaissée ! Après avoir longuement réfléchi, nous avons décidé de mettre nos divergences régionales ou nationales de côté pour nous concentrer sur ce qui nous préoccupe tous : le bien-être de nos citoyens."

Baptisée Commune Passion, la formation qu’ils présenteront aux communales d’octobre 2018 associe candidats socialistes et libéraux, mais aussi une dizaine de nouvelles recrues sans apparentement politique. Laurence le Bussy endossera la tête de liste, sans nécessairement revendiquer l’étiquette de candidate-bourgmestre.

"S’il s’avère que je suis la première de la liste, je suis bien évidemment prête à assumer la fonction de bourgmestre. Mais j’aime à dire que notre liste compte 21 candidats bourgmestres. Nous sommes tous égaux."

Le programme est toujours en cours d’élaboration. "Nous ne voulons pas nous présenter avec un produit fini. Le programme se construira au fur et à mesure de nos échanges avec les citoyens, sur base des réflexions que nous avons menées tout au long de l’hiver. Nous allons distribuer un référendum d’une quarantaine de questions aux citoyens, dont certaines ouvertes, pour ensuite en analyser les résultats. Cette façon de faire est cohérente avec l’idée de démocratie participative que nous souhaitons mettre en œuvre."

Le projet de Commune Passion prévoit par ailleurs la désignation d’un comité de vigilance après les élections. "Ce comité aura pour mission de tirer la sonnette si l’on venait à s’écarter du droit chemin", poursuit Laurence le Bussy, qui exclut l’éventualité d’une alliance avec les humanistes. "Nous ne voulons pas tomber dans les travers de la majorité absolue comme l’a fait le CDH en cours de mandature."

N.P.