Luxembourg
 "J’ai été contraint d’abattre l’ensemble de mon cheptel et je ne sais pas encore si le soutien de la Wallonie sera suffisant. Il est trop tôt pour se prononcer. Il faut attendre que la procédure arrive à son terme", explique un éleveur de Tintigny.

Le projet d'arrêté du gouvernement wallon octroyant une aide exceptionnelle aux éleveurs de porcs affectés par l'interdiction de repeuplement des exploitations porcines situées dans la zone infectée par la peste porcine africaine a, dans l’ensemble, été bien accueilli par les éleveurs mais ils attendent à présent de voir comment les mesures annoncées vont se concrétiser.

Pour rappel, le 26 septembre dernier, le ministre fédéral de l’agriculture décidait de procéder à un vide sanitaire en abattant l'ensemble du cheptel porcin présent dans le périmètre de 63.000 hectares. Cette décision, couplée à une interdiction de repeuplement, entraîne un manque à gagner pour les 60 éleveurs concernés. Si la compétence du fédéral se limitera à l'indemnisation de la valeur du cheptel perdu au travers du Fonds sanitaire, la Wallonie, comme s'y était engagé René Collin, soutient les éleveurs dans la mesure où un vide sanitaire est obligatoire et qu'il entraîne une perte de revenus prolongée. L'aide annuelle sera calculée sur base du nombre moyen d'animaux présents dans l'exploitation multiplié par le montant moyen d'indemnisation fixé par catégories d'animaux (porcs de reproduction ou d'engraissement) et par filières (standard, bio, plein air ou vente directe), déduction faite des éventuelles assurances revenus. Le montant de l'indemnisation sera versé trimestriellement durant la durée totale de l'interdiction de repeuplement.