Luxembourg


Le tribunal correctionnel de Marche vient de condamner un agriculteur des environs de Manhay à 8 mois de prison avec sursis pour rébellion. Les policiers l’avaient menotté puis embarqué à l’hôpital après une course poursuite suivie une interpellation musclée dans l’enceinte de sa ferme le 15 mai 2017.

Sous l’emprise de l’alcool, le cultivateur était tellement énervé que les policiers avaient du recourir au spray lacrymogène avant de l’emmener aux urgences pour lui faire subir une décontamination. C’est là que les choses ont dérapé. « Il a fallu faire appel à une deuxième équipe pour maîtriser monsieur », soulignait l’avocat des policiers constitués parties civiles dans sa plaidoirie du mois dernier. « Les infirmier ont voulu lui injecter un sédatif, mais il était tellement énervé que l’aiguille s’est pliée. D’après le personnel hospitalier, il est devenu ingérable. Il donnait des coups de pied, crachait, se débattait avec tellement de force que le brancard s’est déplacé. » Les policiers ont du s’y mettre à quatre pour le maitriser. Le fermier parle d’une intervention totalement gratuite. Mais ses explications n’ont pas convaincu le tribunal.

Outre la peine d’emprisonnement, le prévenu devra faire l’objet d’un suivi lié à ses problèmes de boisson.