Luxembourg La société Starfly investit 7 millions dans un projet innovant avec de dix à quinze emplois à la clé

Fondée par Steve et Magali Braff, Starfly se prépare à construire, à côté des magasins Décathlon et Ikea à Sterpenich (Arlon), une tour de chute libre de 20 mètres de haut ! Si la société anversoise a déjà construit plusieurs simulateurs, notamment à Charleroi, elle affirme que le dernier né sera particulièrement innovant.

"Le concept proposé à Sterpenich sera unique au monde", se réjouit Magali Braff. "Les particularités de cette nouvelle tour ne seront dévoilées que le jour de l’inauguration."

Le choix du site, à 200 mètres de la frontière grand-ducale, n’est pas le fruit du hasard. Une étude de marché a été réalisée. Les promoteurs ciblent clairement une clientèle internationale. "Des résultats de l’étude de marché, il ressort que l’attrait de ce type d’infrastructure est bien réel pour les Belges et les Luxembourgeois mais aussi pour les Français et les Allemands", précise Magali Braff.

"Notre cible est très large. Des événements d’entreprise, des fêtes d’anniversaire, des enterrements de vie de jeune fille mais aussi des entraînements pour les parachutistes du monde entier pourront y être organisés. À Sterpenich, nous espérons atteindre les 100.000 visiteurs par an, soit 30.0000 de plus que dans d’autres infrastructures du même genre."

Les promoteurs prévoient d’intégrer la tour à un complexe d’accueil composé d’une salle de réunion, d’un espace de détente et d’un restaurant. Avant de pénétrer dans le tunnel, les visiteurs devront en effet suivre une courte formation, donnée par un instructeur, et s’équiper afin de voler d’abord seuls puis en groupe en toute sécurité.

La demande de permis de bâtir est en cours à la commune d’Arlon. La technologie qui permettra de construire cette tour unique au monde a déjà été commandée. Si tout se déroule comme prévu, les premiers coups de pelle seront donnés en septembre ou octobre. Ce nouveau complexe sportif générera de 10 à 15 emplois. L’investissement se chiffre à 7 millions d’euros.

"Ce projet novateur représente une plus-value pour l’ensemble de la zone frontalière située à proximité des autoroutes E411 et E25", concluent les porteurs de projet. "On espère ouvrir dès l’été 2019." Sensations fortes garanties !

Nadia Lallemant