Luxembourg Des factures pour plus de 100.000 euros n’auraient pas été payées. Première audience en juin

La Plaza, le complexe Horeca de Thomas Meunier et de Dominique Gardeur, place Mc Auliffe à Bastogne, n’est toujours pas opérationnelle. La rôtisserie et le tea room, inaugurés en grande pompe, en février et juillet 2017, sont fermés depuis le 1er janvier dernier. Alors qu’à l’époque, Dominique Gardeur annonçait qu’il avait dû faire face à pas mal de travaux supplémentaires, pas encore terminés, et annonçait l’ouverture de la Plaza, dans sa version intégrale, à savoir, complétée par le longe bar, le restaurant et la terrasse panoramique, dans le courant du mois de février, force est de constater que rien n’a bougé depuis. L’ascenseur, entièrement vitré, pièce maîtresse du bâtiment, fonctionne mais l’habillage extérieur n’est pas terminé.

Pourquoi le chantier est-il à l’arrêt ? À la Région wallonne, on nous a affirmé que tout était en ordre au niveau du permis d’urbanisme. Aucun recours, susceptible de bloquer le chantier, n’a, en effet, été introduit. La réponse nous est venue du tribunal de commerce de Neufchâteau. Une action en justice est en cours. Plusieurs entreprises n’ont pas été payées et réclament leur dû.

Selon nos informations , les factures impayées dépasseraient les 100.000 euros, ce qui mettrait en péril les activités de certains créanciers, en particulier un petit entrepreneur de la région liégeoise. "Nous avons hésité à introduire une action en justice, explique l’un d’eux, sous le couvert de l’anonymat. Le footballeur Thomas Meunier est une personnalité d’envergure internationale, très appréciée dans la région. Nous espérions trouver un arrangement à l’amiable. Au départ, on nous répondait que le paiement allait être effectué et que nous ne devions pas nous inquiéter. Nous avons accepté d’attendre, en leur faisant confiance, mais après plusieurs rappels, restés sans suite, notre avocat nous a conseillé de porter l’affaire en justice."

Un premier dossier sera examiné début juin au tribunal de commerce de Neufchâteau.

Nadia Lallemant