Luxembourg L’UCM Lux demande aux nouveaux élus de supprimer les taxes les plus lourdes.

À la veille de l’installation des conseils communaux, l’UCM Mouvement Luxembourg demande aux mandataires communaux de prendre des mesures en faveur des indépendants.

"Les taxes vers les entreprises industrielles, commerciales et agricoles représentent plus d’un quart des taxes communales", constate Philippe Ledent, le vice-président exécutif de l’UCM Lux. "Dans leurs budgets, certaines communes en ont inscrit, en moyenne, 24. Si à l’IPP, aucune ne dépasse le niveau maximum des centimes additionnels fixé à 8,8 %, en revanche, pour le précompte immobilier, on dénombre de nombreuses disparités."

La demande s’articule autour de quatre axes. Primo : une fiscalité communale simplifiée et optimalisée. "Pourquoi ne pas systématiser la signature de partenariats avec les communes afin de compenser la suppression de certaines taxes antiéconomiques, comme la taxe sur les enseignes ?", lance Philippe Ledent. "Nous proposons aux nouveaux élus de supprimer les taxes les plus lourdes administrativement et financièrement afin de les remplacer par une taxe unique et plafonnée."

Secundo : une harmonisation accrue des règlements-taxes pour éviter les disparités et concurrences entre communes avec la mise en place d’un formulaire de déclaration unique et électronique ainsi qu’un système de paiement globalisé. Tertio : l’UCM souhaite que les règlements-taxes soient obligatoirement affichés aux valves communales et publiés intégralement sur le site web de la commune. La taxe ne devrait être appliquée qu’à partir du moment où sa publication online a eu lieu.

Le Mouvement propose , par ailleurs, d’associer automatiquement en amont les représentants des secteurs concernés par l’instauration d’une nouvelle taxe ou redevance, l’augmentation d’une taxe existante ou redevance afin d’en mesurer l’impact sur l’activité économique de la commune. Enfin, il souhaite une meilleure répartition du Fonds des Communes en mettant en évidence une "exception luxembourgeoise". Actuellement, le Fonds des Communes profite, selon lui, aux grosses villes wallonnes prioritairement.

N.L.