Luxembourg Ses objectifs : la mobilité, la gestion du centre-ville et le logement

Ce lundi, place à la présentation du candidat bourgmestre de la ville d’Arlon : Vincent Magnus. L’occasion de faire le point sur son premier mandat à la tête du chef-lieu. Et il en est plutôt satisfait.

Vincent Magnus, quelle note sur 10 vous mettriez-vous pour votre mandat ?

"8/10. Je pense mériter cette petite distinction (rires) . On peut toujours faire mieux et c’est tant mieux, sinon on n’avancerait plus. Je pense que nous avons été performants dans l’ensemble. Nous avons amené des projets ambitieux et nous aimerions les conclure, avec d’autres, d’ici 2030. C’est d’ailleurs une vision à moyen terme que nous avons pour la ville."

De quoi êtes-vous le plus fier ?

"De pas mal de choses ! Au niveau urbanistique, nous avons terminé les travaux dans la grande rue. Ça va redonner du boost aux commerces qui y sont installés. Du point de vue culturel, on peut vraiment parler d’un grand bond en avant grâce à la rénovation du Palais (place Léopold). Plus de 10.000 personnes s’y sont rendues et on espère que ce nombre atteindra un jour les 70.000 à 80.000. On peut aussi être fiers qu’Arlon soit une ville fleurie. Nous avons amélioré la sécurité des citoyens en installant trente et une caméras. Le sport n’a pas été oublié, avec pas mal d’actions. Sans oublier les villages de la commune, où nous avons rénové quatre ou cinq écoles…"

Qu’aimeriez-vous changer si vous étiez réélu ?

"Ce que je retiens surtout, c’est cet aspect de lenteur administrative qui fait partie de la procédure. Quand on gère une commune et qu’on met en place un projet, les gens ne s’imaginent pas toujours qu’il faut du temps pour tout mettre en place. Ça peut prendre quatre à sept ans selon la nature du dossier. Et ce temps me semble toujours trop long. C’est la réalité quotidienne. Mais comment le diminuer ? Je ne sais pas…"

Arlon 2030, c’est… ?

"C’est déjà le nom de notre liste (CDH) pour les prochaines élections. C’est aussi une vision à moyen terme que nous avons de la ville. Je retiens trois projets phare, notamment, que nous devrons davantage développer : la mobilité, la gestion du centre-ville et le logement. De plus, il faut attirer du monde et donner la possibilité aux entrepreneurs de venir s’installer à Arlon. Faire d’Arlon une ville connectée (smart-city). Une ville où il fait bon vivre et où les gens souhaitent rester."

L.Trotta