Mons-Centre Le bourgmestre a décidé de retirer le point modifiant le règlement d'ordre intérieur des conseils communaux

Pour ceux qui en doutaient encore, la situation politique à Mons tourne au vinaigre. Depuis plus d’un an, et davantage encore depuis quelques mois, les élus de la majorité PS/cdH et ceux de l’opposition (MR, ECOLO, PTB et Citoyen) se déchirent sur tout et tout le temps.

Les attaques, de part et d’autre, sont multiples. La dernière en date concernait la modification du règlement d’ordre intérieur (ROI) des conseils communaux, souhaitée et annoncée par la majorité PS/cdH. Elle entendait “en revenir au rôle premier du conseil communal c’est-à-dire de décider et de débattre des questions qui relèvent de l’intérêt communal. Le conseil communal ne peut plus servir de terrain de jeu politicien à certains élus qui n’hésitent pas à mélanger les questions locales avec les sujets régionaux ou nationaux avec manifestement la volonté de faire durer les débats sans que cela n’ait de l’intérêt pour les citoyens Montois.”

La majorité a finalement décidé de faire marche arrière, le point est retiré de l’ordre du jour de la séance de ce mardi. Le règlement ne sera pas modifié! “Nous voulions que les conseils communaux soient plus efficaces. Depuis que le MR est dans l’opposition, la situation n’est pas saine. J’ai tenté de formuler des propositions dans l’espoir de discuter avec l’opposition et d’apporter des amendements pour aller de l’avant. J’ai lu et vu les réactions de l’opposition, elles sont outrancières. On me traite d’Erdogan, d’antidémocratique, le tout d’une manière incorrect ! À titre personnel, je peux rester jusqu’à 5h du matin s’il le faut. Si l’opposition pense que c’est intelligent d’agir comme elle le fait, elle continuera mais je retire le point,” nous a indiqué, ce lundi, le bourgmestre de Mons, Elio Di Rupo (PS).

Le bourgmestre avait déjà décidé, en juin dernier, d’appliquer de manière plus stricte ce règlement. Depuis lors, rien n’a changé. Au contraire, les débats sont de plus en plus rudes et s'étendent jusqu'aux petites heures du matin. Rappelons aussi que l’opposition, conviée à une réunion de travail sur la sécurité à Mons le 4 juillet dernier, a claqué la porte, estimant qu'il s'agissait d'une "mascarade" .

Force a été de constater que la majorité rouge-romaine en a eu ras-la-casquette. Elle s‘était alors attelée à modifier son ROI pour la séance prévue ce mardi soir à Mons. Les critiques et les attaques n’avaient pas tardé à fuser.  Au final, cette nouvelle "police" des débats ne verra pas le jour à Mons.