Mons-Centre

Ils étaient décidés à se faire entendre... Et au final, on peut écrire que c'est réussi puisque, suite à leur sitting devant l'Hotel de Ville de Mons ce dimanche soir, jusque ce lundi 14h. Un accord vient effectivement d'être conclu entre la délégation Afghane et les autorités communales de Mons, qui avaient le sentiment d'être prises en otage.

La délégation sera reçue ce mardi au cabinet de Maggie De Block, en présence du Premier ministre Di Rupo. Rencontre qui n'aura lieu que si les Afghans toujours présents à Mons ce lundi après midi repartent vers Bruxelles.

Le rapatriement, encadré par les forces de l'ordre est en cours à l'heure d'écrire ces quelques lignes.

"Les négociations de médiation menées par la Ville de Mons avec l'entité fédérale ont abouti à une issue positive", a indiqué Nicolas Martin, bourgmestre faisant fonction de Mons. "Une rencontre entre les Afghans est donc programmée mardi avec Maggie De Block et le Premier ministre à Bruxelles. Nous avons toutefois demandé aux quelque 150 Afghans de quitter le territoire de Mons lundi dans l'après-midi pour regagner Bruxelles en train, encadrés par la police."

Les ressortissants avaient rejoint Mons à pied, dans une marche symbolique de quelque 70 kilomètres au départ de Bruxelles, pour obtenir une position claire du gouvernement belge quant à leur expulsion vers leur pays d'origine.