Mons-Centre

Le but est d'harmoniser les règlements de prévention sur la zone Hainaut-Centre

Lundi 23 octobre. Le conseil communal de Binche vote la dotation à la zone de secours Hainaut-Centre. Mais, prévient le bourgmestre Laurent Devin, il y aura bientôt une réunion où le mayeur compte taper du poing sur la table. Car en matière de prévention, ça n’avance pas. " Nous respectons nos engagements financiers, il faut que les choses bougent ", avait averti Laurent Devin. C’est peu de le dire, l’accouchement de la zone de secours est douloureux.

Quelques jours plus tard, le bourgmestre a pu assister à la réunion de la zone. Le voilà rassuré sur l’avancement du travail en matière de prévention. Les choses avancent, Binche va même servir de commune pilote. "C’était une réunion très positive, où la cellule prévention a pu faire le point sur les demandes des différentes communes", indique Laurent Devin.

L’abcès a manifestement pu être vidé, les soucis rencontrés par la cellule étant clairement expliqués. "Il y a eu un problème de personnel ", poursuit le bourgmestre de Binche. "Les personnes expérimentées ont pris leur pension ou ont quitté le service. La cellule a depuis reçu des membres supplémentaires et affirme que le retard va pouvoir être rattrapé."

La cellule prévention de la zone de secours Hainaut-Centre teste à présent différents outils pour améliorer ses services. "Ils ont mis au point une procédure de transmission des documents par ordinateur. C’est en période de test. La transmission sera beaucoup plus rapide."

La cellule a par ailleurs pointé une trop grande disparité entre les différents règlements communaux en matière de prévention. "Binche va donc être commune pilote pour mettre en évidence les difficultés des uns et des autres. L’objectif est de tendre vers une harmonie des règlements communaux. Chaque commune aura évidemment la dernière main sur son propre règlement. Mais l’idée, en prenant Binche comme commune pilote, est d’avoir une base harmonieuse pour pouvoir remettre des avis. Faut-il par exemple faire des visites de prévention chez les coiffeurs ? Où faut-il mettre la priorité ? Les cafés ? Les établissements où l’on trouve des bonbonnes de gaz ? Il faut entendre les communes, mais aussi les membres de zone de secours. Un responsable de la prévention s’est déjà retrouvé chez un fleuriste, à se demander ce qu’il faisait là."

Prochaine réunion dans deux semaines, pour définir les priorités.