Mons-Centre De nombreux collègues d'Infrabel étaient présents aux funérailles de l'habitant de Merbes-Sainte-Marie.

De longs silences, des regards attristés et encore choqués par le drame, des proches en pleurs, l'enterrement de Serge Copienne était rempli d'une émotion particulière ce samedi matin.

Serge Copienne, 59 ans, était technicien pour Infrabel depuis depuis 1979. Lundi, il avait été rappelé pour travailler sur les voies à hauteur du passage à niveau de Morlanwelz. Il venait d'arriver et de se mettre à l'ouvrage lorsque le train l'a mortellement fauché. Serge laisse plusieurs frères, une famille et des amis endeuillés.

Voir plus de 200 personnes venir lui rendre un dernier hommage n'était donc nullement surprenant. La cérémonie s'est déroulée chez lui, à Merbes-Sainte-Marie, le petit village au sud de Binche dans lequel le Morlanwelzien d'origine avait déposé ses valises pour y faire sa vie avec sa femme et son fils Yoann, qui travaillait avec lui sur les voies lundi soir.

En plus de sa famille et de ses amis proches, de nombreux collègues d'Infrabel, vêtus symboliquement de leur gillet jaune fluo, s'étaient déplacés jusque dans son village pour assister aux funérailles.

Serge était aussi membre de la confrérie des gilles de Merbes-Sainte-Marie. Après une cérémonie de près de 45 minutes en l'église de la Sainte-Vierge, ses amis gilles ont ainsi tenu à lui offrir un dernier air de carnaval avant de l'escorter en silence jusqu'au cimetière du village.

Le ministre de la mobilité François Bellot (MR) était présent pour marquer son soutien aux proches de Serge, comme ce fut déjà le cas hier à Mons aux funérailles de David Lohse, l'autre victime du drame de ferroviaire de Morlanwelz.