Mons-Centre

"Ces derniers jours, différents journaux ont relayé des dénonciations anonymes me mettant directement en cause. Je conteste ces accusations avec la plus grande force et dépose plainte du chef de diffamation et calomnie", a fait savoir lundi soir André Ceuterick, le délégué général du Festival international du film d'amour de Mons (Fifa).

Samedi, la Dernière Heure a rapporté qu'un courrier rédigé par des membres du personnel du Fifa avait été envoyé au conseil d'administration du festival pour faire état de comportements inadéquats du délégué général de l'évènement, notamment vis-à-vis de la gent féminine.

"Les agissements qui me sont faussement imputés démontrent une réelle volonté de nuire", déplore M. Ceuterick dans un texte transmis lundi par son avocat, Me Vincent Dieu. "Je suis profondément choqué de ces accusations ainsi que de la légèreté avec laquelle des dénonciations anonymes sont étalées sur la place publique."

Aucun membre du personnel du Fifa n'a jamais déposé plainte contre lui ni formulé de doléance, souligne celui qui est aussi administrateur délégué du cinéma Plaza Art. Et si son ex-compagne a effectivement porté plainte à son encontre, "sans doute par rancoeur amoureuse", celle-ci a été classée sans suite par l'auditeur du travail, rappelle-t-il.

"Cette affaire sera traitée avec le sérieux et la sérénité qu'il convient tant par moi-même que par les conseils d'administration des entités concernées qui se réuniront dans le courant de la semaine", conclut André Ceuterick.


Ecolo et le MR demandent d'"écarter préventivement" M. Ceutherick

Nous vous le révélions ce vendredi: un courrier rédigé par des membres du personnel du Festival International du Film d'Amour de Mons, envoyé il y a trois jours au président et aux administrateurs du festival, fasait état de comportements inadéquats du délégué général de l'évènement, notamment vis-à-vis de la gent féminine.

Suite à ces révélations, Ecolo et le MR demande à Elio Di Rupo, bourgmestre de Mons, mais aussi Président du festival, "d'écarter préventivement" André Ceutheric et de réaliser un audit global du FIFA, en particulier quant aux traitements réservés aux femmes.

Voici le communiqué envoyé par Ecolo et le MR:

Suite aux accusations de harcèlement et de comportements inappropriés dont le délégué général du Festival International du Film d'Amour (FIFA) André Ceuterick fait l'objet, les groupe Ecolo et MR demandent au Président du festival, qui est aussi Bourgmestre de Mons, Elio Di Rupo, de prendre ses responsabilités en écartant préventivement Monsieur Ceuterick de la gestion quotidienne du FIFA et de faire appel au service de Contrôle du bien être au travail afin de réaliser un audit global et plus particulièrement sur la place et le traitement des femmes.

Cette demande vaut également pour le Plaza Art qui est géré par la même personne et dont les missions se confondent parfois avec celles du FIFA.

Par ailleurs, Le groupe ecolo interrogera également dans ce sens la province du Hainaut pour laquelle monsieur Ceuterick travaille dans le cadre de Hainaut cinéma

Notre position ne vaut en aucun cas une accusation, ni une mise au pilori mais simplement l'application d'un principe de bonne gouvernance dans le respect des personnes et de la présomption d'innocence au sens large.

Rappelons que le FIFA, quasi exclusivement financé par de l'argent public, perçoit près de 400.000,00 euros venant de la Ville de Mons chaque année alors que le Plaza fait l'objet d'un budget de plus de 5 millions d'euros par la Ville de Mons pour les travaux à opérer. A ce titre, ces structures doivent avoir une gestion, également en matière de personnel, irréprochable. Elles doivent par ailleurs être un exemple en matière d’égalité femmes-hommes.

Maxime Dieu, responsable coordination de la programmation du festival du film d'Amour de Mons, conteste la somme de 400.000 euros avancée par MR et Ecolo. Il estime qu'il s'agit de 40.000 euros. Contacté par nos soins, Georges-Louis Bouchez, rédacteur du communiqué, en collaboration avec Ecolo, affirme qu'il n'y a pas d'erreur et maintient la somme de 400.000 euros.