Mons-Centre Le MR exige l’ouverture de l’opération à tous les groupes politiques de Mons.

Tout a une fin, les congés politiques aussi. Et encore, dans la Cité du Doudou, les débats en séance publique reprendront ce mardi. L’ordre du jour n’est pas tonitruant mais on peut compter sur les partis de l’opposition pour y ajouter quelques notes épicées. Jamais à court d’idées, le chef de file MR, Georges-Louis Bouchez, frappera sur demain.mons, à savoir la consultation populaire couplée d’un roadtour dans les communes, lancée par le bourgmestre Elio Di Rupo (PS).

Si la consultation se poursuit depuis mardi dernier, le collège PS/CDH (et des responsables de l’administration ainsi que la police locale) se frotte à la population lors de rencontres citoyennes. Et ce n’est pas au goût de tous ! "Cette opération semble s’assimiler à une opération de pré-campagne permettant une mise en scène du collège qui tente de colmater quelques brèches en vue du scrutin", peste GLB. "Ce propos est revenu de nombreuses fois à Havré où les interventions sur le terrain par magie semblent s’être succédé aux alentours de cette rencontre."

Le libéral pointe d’ailleurs l’ouverture de la campagne 2018. "Le fait de permettre à chaque membre du collège de prendre la parole successivement, même sur des matières pour lesquelles ils ne sont pas compétents, s’assimile à une propagande électorale au même titre que l’ensemble de cette tournée." Il poursuit non sans piquer : "Le collège a besoin d’une telle tournée pour réaliser les problèmes de salubrité, de sécurité et de mobilité ?!"

Le principe de cette consultation le chiffonne, davantage encore car ces informations récoltées sont "confinées " au niveau du collège PS/CDH. "Les citoyens font part de leurs doléances au collège. Il serait opportun que tous les élus puissent en prendre connaissance. Par ailleurs, un feuillet est donné aux participants où ils indiquent leurs données privées… En aucun cas, ces données récupérées ne peuvent servir à un parti politique."

Par conséquent, Georges-Louis Bouchez sollicite l’ouverture de l’opération à l’ensemble des groupes politiques, la communication des résultats et les comptes-rendus des rencontres afin de "respecter un semblant de pluralisme".


Ces rencontres ne sont pas inédites !

Le bourgmestre, Elio Di Rupo (PS), mène ces rencontres citoyennes. En fait, c’était son idée dans le cadre de la consultation populaire. Explications et réactions. “Les rencontres citoyennes sont l’expression d’un projet de ville à l’horizon 2025 que nous avons lancé en 2016, lorsque le MR était au collège. Je rappelle qu’alors que je n’avais pas terminé d’expliquer ce projet de ville et sa méthodologie, Georges-Louis Bouchez expliquait à l’époque son propre projet de ville à la presse. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil.”

Sur la tournée entreprise, Elio Di Rupo sort une première cartouche. “Lorsque Richard Miller (MR) était échevin, nous avons fait le tour des 19 communes. À l’époque cela s’appelait "Dialogue avec le collège, venez rencontrer le bourgmestre et les échevins". C’était de mars à mai en 2005 et cela ne posait pas de problème. Suite à la grande consultation populaire, nous avons enregistré 750 propositions citoyennes. Par commune, nous les avons rassemblées et nous tâchons d’y répondre.”

Et d’ajouter : “La campagne électorale et la comptabilisation des dépenses électorales commencent le 14 juillet 2018. Je peux rassurer M. Bouchez… À partir de cette date, tout acte qui aurait une connotation politique sera pris en compte par les partis qui accompliraient ces actes. En attendant, le collège PS-CDH agit dans la plénitude de ses compétences. Bourgmestre et échevins, nous travaillons. Il y en a qui travaillent et il y en a dont le seul objectif est de faire parler d’eux. C’est fatigant et inimaginable d’être aussi destructeur à l’égard de sa ville. Il est acharné à tout détruire. Il vit pour détruire.” Rendez-vous ce mardi soir pour la séance publique.