Mons-Centre Le ministre Carlo Di Antonio a marqué son accord pour la réfection du pont Triboureau

Certaines polémiques sont stériles, d’autres débouchent parfois sur une heureuse issue. Dans le cas du dossier Triboureau, c’est un happy end qui se profile. Le pont-route d’Ecaussinnes-Lalaing nécessitait des rénovations. Si le revêtement dépend de la commune, la structure relève de la Région wallonne. Mais la coordination entre les deux était tombée sur un os.

En effet, côté écaussinnois, la rénovation de la route avait été inscrite au budget 2017. La majorité communale avait affirmé s’être assurée que la Région wallonne prendrait en charge la rénovation de la structure du pont, histoire de cordonner les chantiers. Mais au dernier moment, coup de théâtre, le ministre des Travaux aurait indiqué qu’il n’avait pas le budget nécessaire pour rénover le pont.

De quoi faire rager la majorité communale qui voyait dans cette mauvaise surprise un coup de Sébastien Deschamps. En effet, le conseiller communal d’opposition travaille au cabinet du ministre des Travaux publics. Pour le bourgmestre, si le cabinet n’avait pas concrétisé le dossier alors que tous les indicateurs étaient au vert au sein de l’administration, cela devait relever d’un acte de sabotage.

Mais voilà qu’aujourd’hui, le même Sébastien Deschamps annonce que le ministre Carlo Di Antonio vient de signer la convention relative à la rénovation du pont Triboureau. "La convention conjointe est arrivée récemment au cabinet. Celle-ci est déjà signée par le ministre", indique Sébastien Deschamps. " C’est bien la preuve qu’on fait tout pour faire avancer le dossier. "

Les accusations de sabotage sont mal passées auprès du conseiller écaussinnois. " Quand, dans le cadre de mes attributions professionnelles, j’interviens sur des dossiers écaussinnois, c’est pour les faire avancer, et certainement pas l’inverse. Même depuis l’opposition, je travaille chaque jour dans l’intérêt de mes concitoyens, et lorsque je prends un dossier en main, il se règle rapidement et efficacement. " Et Sébastien Deschamps conclut en évoquant la crèche ou encore le terrain synthétique.