Mons-Centre

Deux options sont envisagées : rejoindre le groupe Honnelles Autrement ou lancer une liste propre.

Très actif en coulisses dans la politique honnelloise depuis longtemps, Nicolas Dubois a décidé de franchir le pas et de revenir sur le devant de la scène. "Je me suis fait plaisir au début de cette année", raconte-t-il. "Le 2 janvier, j'ai adhéré à DéFI après avoir rencontré Olivier Maingain (le président de DéFI) et Christophe Verbist (le président de DéFI Hainaut). Nous avons donc décidé que DéFI serait un acteur des prochaines élections communales."

L'Honnellois de 52 ans ne voulait plus rester dans l'ombre, neuf ans après s'être détaché de tout mouvement politique. "En 2017, j'ai repris le plaisir de l'engagement et du travail dans différents dossiers de Honnelles", explique celui qui avait été échevin PS des finances à Colfontaine, fin des années 1990, avant de rejoindre de s'éloigner du parti socialiste. "J'ai vu à quel point Honnelles avait besoin de changement. J'ai donc réfléchi à comment être le plus utile. Par rapport à l'offre politique, je trouve que le positionnement de DéFI me correspond le plus. C'est un choix à la fois de cœur et de raison."

La question que tout le monde se pose est désormais de savoir de quelle manière Nicolas Dubois compte-t-il représenter DéFI. Seul ou avec le groupe Honnelles Autrement ? "Ce n'est pas une présence électorale contre mais pour les autres. Il y a donc deux cas de figure qui sont envisagés. Soit une liste DéFI pure et dure, soit un renforcement du cartel avec cdH, MR et Ecolo. J'avoue que les négociations sont bien avancées avec eux. J'ai d'excellents contact avec tous les acteurs de ce groupe et je connais les marges de négociation. Je pense que l'union des forces politiques qui veulent le changement à Honnelles serait la meilleure des choses."

Il ne faudra sans doute pas attendre deux semaines pour qu'une décision soit prise pour Nicolas Dubois et ses amis de la liste Honnelles Autrement emmenée par Matthieu Lemiez. L'objectif avoué est évidemment de renverser la majorité PS du bourgmestre Bernard Paget, qui sera, sans surprise, tête de liste pour octobre 2018.