Mons-Centre Exclusif : Dans son billet, Bernard Paget pointe l’attitude du "corbeau" ou encore de son "voisin malveillant"

Honnelles et sa politique tumultueuse ont déjà fait couler de l’encre. Et le dernier bulletin communal (août 2017) en est un nouvel élément. Comme de coutume dans ce type de publication, le maïeur s’exerce au billet d’humeur. Dans ce numéro, distribué à 3.000 ménages de la commune, une correction manuelle a été débusquée alors que le bourgmestre relate entre autre l’affaire de l’ouvrier communal photographié sur la devanture de son habitation.

Dans son billet (mais aussi en séance publique), Bernard Paget pointe l’attitude du "corbeau" ou encore de son "voisin malveillant" nous ayant fourni les photographies suspectes. "J’ai pour ma part de grands doutes sur sa santé mentale," conclut-il, non sans avoir fait corriger manuellement le dernier mot par "morale". Certaines éditions ont été corrigées, d’autres non.

Manifestement agacé, l’auteur des fameux clichés a décidé de sortir du bois. "Je suis particulièrement heurté par les méthodes employées, dignes de la Corée du Nord," explique Nicolas Dubois, citoyen honnellois non élu mais proche du cdH. "Je suis choqué de ce qui est fait du bulletin communal. Il n’en est d’ailleurs plus un. Normalement, son rôle est d’informer la population. Bernard Paget signe de sa plume 19 articles ! Ici, c’est devenu une arme de dénigrement massif où le premier magistrat de Honnelles ment et triche. C’est ce qui m’avait déjà décidé à prendre ces clichés."

Sa mise en cause dans le bulletin communal lui reste d’ailleurs en travers de la gorge. "C’est gravissime, malveillant et désobligeant pour les personnes qui souffrent réellement de problèmes de santé et pour leurs proches. Je ne mène pas un combat personnel, c’est un combat sur les principes", affirme-t-il. "Je ne voulais pas être en lumière mais ça me semblait important de défendre des valeurs et des principes. Il a été pris la main dans le sac !"

Écrire qu’entre les deux hommes, l’entente n’est pas bonne serait un euphémisme. Règlements de comptes ? Attaques politiciennes en prélude des prochaines élections ? Combat légitime sur l’hôtel de la transparence et de l’éthique ? Il y a certainement un peu de tout cela au cœur de cette nouvelle controverse. Le bourgmestre Bernard Paget n’a, pour l’heure, pas souhaité réagir aux propos tenus. "Je répondrai en fonction de l’article qui sera écrit et paru," insistait-il.


Une information judiciaire ouverte

Depuis plus d’un an, la situation politique honnelloise suscite des interrogations. Les conseillers communaux de l’opposition se plaignent notamment de l’absence de réponse et de transparence du collège communal PS-HD. La dernière polémique en date concerne l’ouvrier communal photographié en train de jardiner chez le bourgmestre. Les explications données par le bourgmestre n’ont pas convaincu les conseillers de l’opposition. Selon nos informations, ceux-ci ont déposé plainte auprès du procureur du roi de Mons, qui n’avait manifestement pas attendu ces éléments pour diligenter l’ouverture d’une information judiciaire. "À ce stade, une série de vérifications est en cours", nous confirme le procureur du roi de Mons. Des enquêteurs de la police judiciaire fédérale sont chargés de l’affaire. À suivre donc.


Retour en quelques dates sur les polémiques qui ont émaillé la commune d'Honnelles

Juin 2016 : Une polémique explose dans les Honnelles concernant le centre sportif La Roquette. La présidente de l’ASBL, membre de la majorité, Isabelle Fleurquin, perçoit pour son travail quotidien une somme de 10.000 euros annuels. L’opposition est scandalisée.

Janvier 2017 : Une échevine PS, également trésorière de l’ASBL du Grand Prix Samyn est suspectée d’avoir détourné 180.000 euros à l’association. Elle a démissionné de ses fonctions à Honnelles.

Mars 2017 : Un subside communal de 17.000 euros est versé à l’ASBL du frère de l’échevin Gil Amand (PS) dans le but d’organiser les Fêtes de la musique à Honnelles. Le hic ? La démission de l’échevin au sein de ladite ASBL n’a pas été actée. L’opposition craint du favoritisme, ce qui est démenti par l’échevin, mais les Fêtes de la musique 2017 sont annulées.

juin 2017 : Un ouvrier communal est photographié en train de réaliser du jardinage à l’avant de la maison du bourgmestre de Honnelles.