Mons-Centre L’intercommunale a inauguré sa seconde centrale géothermique

Fin des années 70, ils croyaient trouver du pétrole, ils ont trouvé de l’eau chaude. C’était du côté de Saint-Ghislain, puis de Baudour et finalement à Ghlin. C’était un hasard, mais une nappe s’étendait sur au moins 5 km de large et 20 km de long. Et l’eau, l’intercommunale de développement économique et d’aménagement (IDEA), elle connaît bien. Elle dispose désormais d’une expérience de longue date en matière de géothermie et de réseaux de chauffage urbain grâce à l’exploitation de trois puits dans la région de Mons-Borinage.

"Via des réseaux géothermiques, l’intercommunale alimente en eau chaude, pour les besoins en chauffage et en production d’eau chaude sanitaire, deux hôpitaux, trois écoles, une piscine, 355 logements publics, une gare et même l’entreprise privée AW Europe située dans le zoning Ghlin-Baudour", rappelle Caroline Decamps, directrice générale de l’IDEA.

Ce vendredi, le puits de Ghlin a été activé en présence des multiples autorités (communes, ministres et Cœur du Hainaut). Forgé en 1981, il n’a jamais été exploité. D’ici mars, grâce à la toute nouvelle centrale géothermique, il permettra d’alimenter en chauffage les entreprises du zoning Géothermia. Ce sera une première. D’autant plus que cet ouvrage permettra d’éviter la production de 2.625 tonnes de CO2 par an.

Pour l’heure , sur Géothermia, seule l’entreprise Façozinc (dont les travaux se terminent) sera chauffée grâce à une énergie propre, durable, produite localement par un partenaire public, soit une énergie zéro émission de CO2. "C’est un zoning du futur, rappelle le ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio (CDH). À moyen terme, les parcs d’activités économiques devront être autonomes par le vent, par le soleil ou par l’eau. Géothermia le sera par l’eau chaude."

Par ailleurs, de nombreux efforts en matière de mobilité pour relier Géothermia au réseau autoroutier ont déjà été réalisés. Idéalement située, cette zone d’activités économiques est la seule en Belgique qui soit alimentée à 100 % par une énergie renouvelable. Elle devrait accueillir environ 800 emplois sur ses 40 hectares.

Enfin, outre les futures entreprises, la centrale inaugurée dispose déjà de deux clients vu qu’elle approvisionne les stations de pompage permettant de lutter contre les remontées naturelles de la nappe causées par les affaissements miniers. IDEA est toujours en pourparlers avec des structures publiques comme Les Amis des aveugles et l’enseignement spécial de la Province de Hainaut.