Mons-Centre

Le tribunal correctionnel de Mons a condamné lundi Jérémy De Vos, 38 ans, pour avoir asséné deux coups de masse mortels à son père Charles, le 4 janvier 2014, dans l'habitation familiale. 

Le Colfontainois a écopé de 22 ans de prison et été arrêté immédiatement. Sous bracelet électronique depuis décembre 2016, il ne contestait pas l'intention homicide, même s'il n'était passé aux aveux que 22 mois après les faits. 

L'enquête s'était d'abord orientée vers une chute accidentelle dans les escaliers. C'est seulement en 2015 que l'enquête sur la mort de Charles De Vos a pris une autre tournure. Lors d'une intervention policière de routine, l'ex-compagne du prévenu avait révélé avoir reçu les aveux du fils de la victime.

Le prévenu a assuré au tribunal ne pas avoir "volé" et que l'altercation n'était pas liée à une question d'argent. Ces explications n'ont pas convaincu.

Entendu à plusieurs reprises, Jérémy De Vos a d'abord tenté de brouiller les pistes. Il a longtemps nié avoir eu une altercation avec son père, puis émis plusieurs théories jugées peu crédibles par le tribunal. La victime n'a cessé de supporter financièrement son fils, allant jusqu'à lui prêter au minimum 60.000 euros pour qu'il puisse faire des travaux dans sa maison, a souligné le ministère public.

Confronté à l'arme et au mobile financier, Jérémy De Vos était finalement passé aux aveux, mais en assurant que son père l'avait insulté. Le tribunal n'a cependant pas retenu l'excuse de provocation, pas plus que les faits de mœurs dont le prévenu se dit désormais avoir été victime.

Pour déterminer la peine, le tribunal a tenu compte de gravité des faits et de l'extrême violence du fils. Il a néanmoins retenu quatre circonstances atténuantes, à savoir l'absence d'antécédent judiciaire, la réinsertion sociale possible, l'amendement dont le prévenu fait preuve et les regrets sincères exprimés lors du procès.