Mons-Centre L’équipe du journal satirique Même Pas Peur sera à Mons samedi.

Apôtres de la pensée unique, mous du neurone et autres pleutres de la bien-pensance, passez votre chemin : l’équipe de Même Pas Peur débarque à Mons ! Samedi à 18 h, les membres de la rédaction du journal satirique seront reçus par l’un de leurs contributeurs au Coin aux Étoiles, Florian Houdart.

L’hôte annonce d’emblée la couleur, la rencontre sera "décontractée". "Ce sera très ouvert, à l’image de ce que nous faisons habituellement au Coin aux Étoiles", indique Florian Houdart. "Il sera évidemment question de liberté d’expression. Mais nous aborderons aussi d’autres thèmes qui ont été couverts par le journal."

Les morts du 7 janvier ont donné naissance à Même Pas Peur. "Après l’attentat contre Charlie Hebdo, Jean-Philippe Querton, des éditions Cactus Inébranlable, était choqué par les réactions, entre les appels à la haine d’une part et ceux qui se disaient Charlie sans n’y avoir jamais rien compris d’autre part", poursuit Florian Houdart. "Il a donc eu l’idée d’un livre composé de différents témoignages sur les réactions aux attentats avec cette volonté de s’arrêter pour prendre le temps de réfléchir plutôt que de balancer des réactions à l’emporte-pièce."

Le livre devient journal, histoire de pousser jusque dans la forme l’hommage aux dessinateurs morts au combat. Aux manettes, Jean-Philippe Querton est rejoint par Étienne Vanden Dooren, des éditions du Basson, pour donner naissance au numéro zéro de Même Pas Peur.

Mais ce qui devait être le coup d’un soir se mue dans la foulée en idylle bimensuelle. "D’autres numéros sont sortis et Même Pas Peur est devenu un véritable journal satirique", commente Florian Houdart. "Le premier numéro traitait du travail avec un vibrant appel au droit à la paresse. Le deuxième portait sur la société de consommation en promettant la défonce des consommateurs plutôt que leur défense. Et le dernier numéro, pour la rentrée, pointait un système éducatif qui formate les esprits."

Et c’est de tout cela qu’il sera question samedi. On l’aura compris, Même Pas Peur, journal satirique progressiste, est venu combler un vide dans le paysage de la presse francophone belge. "C’est important, car on sait que dans la presse traditionnelle, les conditions de travail des journalistes ne favorisent plus assez le travail d’investigation et les opinions à contre-courant", pointe Florian Houdart.

L’apparition d’un nouveau journal satirique contribue ainsi sainement à la diversité de l’information.

Tiré à plusieurs milliers d’exemplaires, le journal est distribué dans quelque 950 points de vente en Belgique francophone. Même Pas Peur peut en outre s’affranchir de la publicité en comptant sur des contributeurs bénévoles tels qu’André Clette, Sylvie Kwaschin, Théo Poelart, Dominique Watrin ou Florian Houdart pour la plume ainsi que Thomas Burion, Sondron ou Serge Delescaille pour le crayon. La plupart vous donnent rendez-vous samedi au Coin aux Étoiles.