Mons-Centre

Pascal Lafosse : "Il voulait faire un strike !"

Grosse frayeur pour l’échevin montois, Pascal Lafosse (PS) et sa famille. Samedi soir alors qu’il rentrait à son domicile, il a été pris pour cible, par erreur, par un automobiliste ivre et violent. L’échevin l’a échappé belle, quelques heures seulement avant de clôturer les festivités de la ducasse de Mons par le Petit Doudou.

Il était 23h30 samedi lorsqu’un individu a foncé délibérément sur la voiture de l’échevin à la rue de Ciply. L’épouse de Pascal Lafosse, qui conduisait le véhicule, a réussi à faire une manœuvre et a évité l’agresseur. Pascal Lafosse, passager du véhicule, est alors sorti et s’est rendu compte que le chauffard revenait à la charge. "Nous étions presque rentrés après une soirée entre amis de longue date", explique Pascal Lafosse. "Nous avons aperçu un véhicule stationné qui attendait. Il s’est mis en route dans notre direction, mon épouse a réussi à l’éviter. Il est ensuite parti, a fait marche arrière et puis demi-tour. Je suis sorti de la voiture avec mon fils et là, il est revenu et a voulu foncer sur nous. Heureusement, il n’y est pas arrivé, il s’est encastré dans un poteau. Et nous avons appelé la police."

Fort heureusement, personne n’a donc été blessé. "Nous sommes choqués, c’est sur nous que ça tombe, il voulait faire un strike après avoir vu trop de films. Il n’y a que des dégâts matériels. Mais nous ne le connaissons pas du tout. Manifestement, il voulait régler ses comptes avec sa sœur et il a cru qu’elle était dans notre voiture. Ce qui n’était pas le cas puisque nous ne les connaissons pas."

Le parquet de Mons a été avisé des faits. "Il faut savoir que l’agresseur, fortement alcoolisé, pensait, à tort, avoir reconnu, dans la voiture, sa sœur avec qui il est en gros litige pour une question d’argent", a indiqué Christian Henry, procureur du Roi de Mons. "Après avoir été maîtrisé par Pascal Lafosse, les policiers sont arrivés sur les lieux et l’individu a été interpellé. Il était trop alcoolisé pour pouvoir être entendu après les faits. Le dossier a été mis à l’instruction pour entrave méchante à la circulation et tentative de meurtre. Le juge d’instruction doit l’entendre dans le courant de l’après-midi de dimanche."