L’ancienne gendarmerie a trouvé preneur

Kevin Centorame Publié le - Mis à jour le

Mons-Centre

Le chancre boussutois a été acheté par Bosschaert, qui va en faire des appartements

BOUSSU C’est la fin d’un feuilleton ayant tenu en haleine les Boussutois durant dix ans. Abandonnés en 2002 avec les conséquences que dix années sans entretien peuvent avoir, les bâtiments de l’ancienne gendarmerie de Boussu ont enfin trouvé preneur. Bosschaert, une entreprise de construction basée à Courtrai, a l’intention d’y construire des appartements en façade et dans les autres bâtiments existants, ainsi que de profiter des terrains annexes pour faire sortir de terre quelques maisons et des aires de stationnement.

Pour ce faire, l’entreprise flandrienne a dû débourser la bagatelle d’un million d’euros, chiffre qui avait rebuté l’administration communale qui n’a jamais caché son intérêt pour l’écrin.

Seulement voilà, de façon légitime, les gestionnaires de la commune n’étaient disposés, à l’époque, qu’à payer la moitié de la somme déboursée il y a quelques semaines par Bosschaert. “Vu la dégradation des lieux, nous étions prêts à aller jusqu’à 500.000 €”, rappelle Jean-Claude Debiève (PS), le bourgmestre de Boussu. “Des offres allant jusqu’à 700.000€ et venant de privés avaient également été rejetées. Que ces bâtiments à l’abandon aient trouvé preneur est malgré tout une satisfaction dans la mesure où cela fait cinq ans que je me démène pour attirer des investisseurs. Ma joie aurait été totale si l’ancienne gendarmerie était tombée entre nos mains. Cela m’aurait semblé logique.”

Jean-Claude Debiève et son équipe y voyaient l’endroit parfait pour abriter le nouvel hôtel de police. “Le cas échéant, nous n’aurions pas dû acheter un bâtiment que nous savons aujourd’hui rempli d’amiante (anciennement Geminus à Colfontaine, près de l’espace Magnum, NDLR). Et l’hôtel de police serait fonctionnel depuis belle lurette !”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner