Mons-Centre Durant cinq heures, la capitale européenne de la culture a été décortiquée

Cela faisait une paire de mois que les libéraux, dans l’opposition, réclamaient des débats sur les retombées de Mons 2015 au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Débats qui ont finalement été tenus, non sans quelques fracas. Et pour cause, à Mons, le chef de file du groupe MR, Georges-Louis Bouchez martèle que les études réalisées ne sont pas scientifiques et ne pourraient donc pas, selon lui, confirmer l’effet économique de l’opération culturelle.

Cinq heures d’auditions relatives à "Mons 2015, capitale européenne de la culture" ont été tenues ce jeudi. Au terme de celles-ci le député Olivier Destrebecq (MR) a déploré que l’effet économique "soit donc totalement inconnu et bien inférieur aux chiffres qui ont été avancés. Ce constat a été confirmé par le professeur de l’ULB Ginsburgh". Les libéraux estiment qu’il est "indispensable dans des régions avec un tel retard économique que les projets mis en œuvre contribuent au développement économique. Ce qui ne semble pas être le cas."

Par conséquent , ils réclament deux mesures. "Avant d’envisager la pérennisation de cette politique dans des biennales, une redéfinition de la stratégie, qui permette à la fois à Mons, à la région du Centre mais aussi à l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles de se redéployer économiquement, soit arrêtée. Sans cela, nous pourrons affirmer qu’il s’agit d’un gaspillage d’argent public."

À la Fédération comme à la ville, la future biennale culturelle suscite déjà la critique des libéraux. "La Fondation Mons 2015 devenue Mons 2025 se targue d’utiliser un reliquat de cinq millions d’euros datant de 2015 pour financer la biennale 2018. Nous nous interrogeons sur la légalité de l’usage d’un subside d’une année x à une année x + 3 pour une autre activité qui plus est, même si certains avancent la continuité !"

La ministre de la Culture a quant à elle indiqué qu’elle veillait à ce que cette biennale ne dérape pas. Elle serait aussi particulièrement attentive sur les subsides (près de 3 millions d’euros) qu’elle attribue à l’organisation de celle-ci. "Nous serons attentifs à ce que chaque euro du citoyen soit dépensé à bon escient et serve le redéploiement économique pour lutter contre les difficultés qui sont les nôtres. Les citoyens méritent mieux que du pain et des jeux !", ont conclu de concert les libéraux.