Mons-Centre Son véhicule, utilisé par un collaborateur, a été photographié sur le trottoir dans la rue de la Réunion

Une voiture a été photographiée vendredi après-midi bien mal garée, rue de la Réunion à Mons. Le côté cocasse, c’est qu’il s’agit de celle du gouverneur de la province de Hainaut, Tommy Leclercq (PS). La voiture était stationnée vendredi à 17h30, quatre roues sur le trottoir, de la rue de Réunion face à une magnifique propriété du 18e siècle, située au pied de la collégiale Sainte-Waudru, qui accueille depuis peu des entreprises du Hainaut.

Était-ce lui qui conduisait et qui a garé la voiture ou pas ? “Je ne la conduisais pas, il s’agissait d’un collaborateur de mon service”, répond le gouverneur. “C’est assez délicat, il s’agit d’une maladresse de sa part pour cause de problèmes intestinaux. Nous sommes évidemment vigilants par rapport à l’utilisation du véhicule. Je ne sais pas qualifier autrement que par une maladresse. Je veillerai à ce que cela ne se reproduise plus mais il s’agissait d’une urgence personnelle, une précipitation involontaire d’un collaborateur.”

À Mons, comme ailleurs, les autorités communales ont fait de la chasse aux stationnements sauvages une priorité suite à des incivilités intempestives déplorées dans le centre-ville. L’arrêté royal du 24 juin 2013 relatif aux sanctions administratives communales (SAC) visant les infractions de stationnement prévoit la verbalisation de ce type d’incivilité. Dans le cas du stationnement sur un trottoir, la prune peut s’élever à 110 euros.

“Si nous devons nous acquitter d’une amende, comme tout un chacun, je m’en acquitterai. Parce qu’après tout, je peux comprendre la situation et je ne suis pas homme à esquiver par rapport à la réglementation en vigueur,” a conclu Tommy Leclercq.