Mons-Centre

La semaine dernière, 32 techniciennes de surface de l’administration communale de Colfontaine ont reçu leur C4. Avant de prendre cette décision, le maïeur, Lucien D’Antonio, leur a néanmoins obtenu un CDI avec une période d’essai d’un mois dans une société privée.

La raison de ce licenciement est exclusivement budgétaire, selon le bourgmestre. "Cette décision n’a pas été prise de gaîté de cœur, mais c’est la solution pour faire des économies." Ainsi, la décision prise au niveau du collège devrait diminuer les coûts communaux annuels de 350.000 €.

Selon le syndicat CGSP-Admi Mons-Borinage, il s’agit ni plus ni moins d’un attentat social. Il accuse les responsables de "politiciens sans valeurs". Le syndicat a d’ailleurs déposé un préavis de grève qui pourrait s’étendre sur l’ensemble des pouvoirs locaux.

"À aucun moment, ni les travailleurs, ni les organisations syndicales qui les représentent n’ont été consultés", explique Laurent Dufrasne, mandataire permanent CGSP-Admi. "Ce plan machiavélique a été minutieusement préparé par la majorité qui a laissé pourrir la situation afin de rendre inéluctable la mise en place de ce plan de licenciements collectifs."

Des propos que Lucien D’Antonio réfute totalement. "Déjà en 2012, le dossier a été présenté à plusieurs reprises tant au collège communal qu’au conseil. J’ai toujours donné le maximum pour les employés communaux. Je suis le premier à être attentif à leur situation. Les accusations sont trop faciles. J’assume cette décision, je n’avais pas le choix. Il faut faire des économies dans le structurel."

La décision n’a donc pas été facile et un retour en arrière n’est pas envisageable. Du côté de l’administration, on affirme que le bien de la commune et de ses citoyens a influencé ce choix. Par ailleurs, Lucien D’Antonio rejette toutes les accusations portées par le syndicat. "Elles sont licenciées le vendredi et engagées le lundi. Qui fait ce genre de chose aujourd’hui ? Personne, si ce n’est nous", conclut le bourgmestre.

Notons cependant que, selon nos informations, la décision ne ferait pas l’unanimité dans les rangs socialistes.