Mons-Centre Avec la chaleur, les poubelles à puces grouillent d’asticots.

Les amateurs de pêche à la ligne y trouveront leur compte. Mais pour les autres, c’est la galère. Avec les fortes chaleurs, bon nombre d’Écaussinnois ont vu les asticots envahir leur poubelle à puce.

Ce sont bien évidemment les conteneurs destinés à accueillir les déchets organiques qui font les frais des fortes températures. Leur contenance varie entre 40 et 240 litres. Alors que leur levée est organisée toutes les deux semaines par l’Hygea, les déchets ont le temps de macérer et la vie s’y développe. Mais les Écaussinnois s’en passeraient bien. Une pétition a même été lancée.

À sa demande, la cité de l’Amour avait été désignée par l’intercommunale pour servir de cobaye dans un nouveau système de collecte de déchets. En septembre, les conteneurs à puce ont fait leur entrée dans Écaussinnes pour une année de phase test. Un bilan devra être tiré de cette expérience avec à la clé, la possible extension du système aux autres communes de l’Hygea.

En attendant, les Écaussinois n’ont pas fini d’essuyer les plâtres… et les moulons ! "Nous sommes conscients du problème", indique le bourgmestre, Xavier Dupont. "Nous avions déjà signalé à l’Hygea, lors de la dernière séance d’évaluation, qu’il faudrait augmenter la fréquence des collectes par période de fortes chaleurs."

La majorité a réitéré sa demande alors que le thermomètre pourrait dépasser la barre des 35 degrés dans les prochains jours. Mais au moment où l’Hygea s’apprête à désigner un nouveau directeur général, une modification du système des collectes semble difficile à mettre en place. Xavier Dupont s’en remet donc aux conseils de grand-mère : vinaigre ou bicarbonate de soude pour éliminer les intrus des containers.

Du côté de l’HYGEA, on semble patauger dans le surréalisme. "Je n’ai reçu aucune plainte venant d’Écaussinnes", nous lance une responsable depuis sa tour d’ivoire, avant d’ajouter qu’en cas de soucis, il y a toujours les points d’apport volontaire. Écaussinnes en compte neuf effectivement. Le service minimum compris dans la taxe déchet prévoit quatre ouvertures par an pour… les déchets résiduels comme les barquettes en frigolite ou les pots de yaourt.

Un dépôt de déchets organiques est bien prévu, mais à raison de 30 litres maximum par ouverture. Les Écaussinnois pourraient donc au mieux se débarrasser de 120 litres de ces déchets sur tout l’été. L’équivalent de deux grands sacs-poubelle. Un brin plus rassurante, l’Hygea conclut tout de même que tous les problèmes rencontrés dans la phase pilote seront pris en compte pour le futur. Ouf…