Mons-Centre

Dans la région, les dégâts sont matériels. Aucune victime n'est heureusement à déplorer

Eleanor aura provoqué pas mal de dégâts sur l’ensemble du pays. Toute la nuit de mardi à mercredi, les services d’intervention sont restés mobilisés pour prêter assistance aux citoyens qui en auraient éprouvé le besoin. Fort heureusement, aucun drame n’est à déplorer. Les appels à la prudence des autorités communales locales semblent avoir été bien entendus.

Le gouverneur du Hainaut, Tommy Leclercq, avait de son côté rappelé l’activation, mardi dès 20 heures, du numéro 1722, à privilégier pour les appels non urgents. « Le collège provincial et l’administration en Hainaut œuvrent toute l’année notamment par des aménagements pour retenir les eaux de pluie et ruissellements », avait-il par ailleurs rappelé.

Dans de nombreuses communes, quelques mesures de sécurité ont été prises. À Braine-le-Comte par exemple, en prévision des violents vents annoncés, il avait été décidé de fermer les accès au bois de la Houssière. Du côté de Manage aussi, les rafales ont poussé le bourgmestre faisant fonction, Bruno Pozzoni, à fermer la Drève de Mariemont. Elle le restera encore ce mercredi toute la journée. Des périmètres de sécurité ont également été établis dans les zones à risque.

© DR

Du côté de Soignies, la bourgmestre nouvellement installée, Fabienne Winckel, avait incité la population à la prudence. « Bien que Soignies et ses villages ne soient pas spécifiquement exposés, quelques mesures préventives peuvent vous épargner des dommages : rentrez tout ce qui peut être emporté par le vent, ne vous déplacez pas dans les zones boisées, fermez portes et fenêtres, rentrez vos animaux domestiques, ne vous abritez pas sous un arbre, restez à l’intérieur et ne sortez qu’en cas de nécessité. »

© DR

Des conseils avisés qui semblent avoir été respectés puisqu’aucune intervention majeure n’est à signaler. Ce mercredi en journée encore, les pompiers de la région étaient appelés principalement pour des déblayages de chaussée et des tronçonnages, des poteaux arrachés et des tuiles envolées. « Le téléphone n’arrête pas de sonner mais ce ne sont pas de grosses interventions », indiquait un pompier de la caserne de Quiévrain. « Nous sommes énormément sortis mais les dégâts sont matériels », confirmait à son tour un pompier de Soignies.

Outre les bâchages liés à l'envol de toiture et les tronçonnages, la toiture de l'ancien site Bantuelle, à Wasmes, s'est tout simplement effondré sous les bourrasques. Par mesure de sécurité, la rue du pont d'Arcole a été fermée à la circulation afin d'éviter tout incident lié à la chute de l'un ou l'autre mur. Une grue était attendue dans la soirée afin de détruire le bâtiment, en très mauvais état depuis des années et de toute façon voué à la destruction.

© DR

L’appel à la prudence reste de mise et les citoyens qui le peuvent sont invités à ne pas sortir ou, dans tous les cas, à limiter leur déplacement au maximum puisque les rafales de vent peuvent encore être très violentes.