Mons-Centre

Le syndicat réagit au licenciement d'une travailleuse.

La CGSP s’est faite entendre, ce vendredi en fin de matinée. En cortège et équipés de sifflet, plusieurs délégués syndicaux ont rejoint l’hôtel de ville de Mons pour manifester leur mécontentement et solliciter une rencontre avec un représentant du collège communal montois. En cause, le licenciement d’un agent du service population à la ville de Mons.


“Nous étions en réunion d’instance lorsque cette personne est venue nous trouver pour nous annoncer qu’elle avait appris son licenciement. Celui-ci prendra effet dès lundi pour des raisons injustifiées”, explique Laurent Dufrasne, permanent CGSP-Admi. “Active depuis 2014, elle ne correspond apparemment plus à la fonction. Mais il existe un système d’évaluation au sein de l’administration, des procédures à suivre avant d’en arriver à une telle conclusion. Nous sommes ici dans le cadre d’une décision unilatérale de l’employeur. Il n’est plus question d’accepter que les membres du personnel soit traité comme des moins que rien.”

À l’issue d’une rencontre avec les représentants du cabinet du bourgmestre, de la gestion des ressources humaines, de la directrice générale et de l’échevin Pascal Lafosse (PS) (le bourgmestre étant retenu par d’autres obligations), le climat a été temporairement apaisé. “Nous nous sommes longuement expliqués sur le fonds et la forme du dossier, sur la manière dont les choses se sont déroulées”, ajoute Laurent Dufrasne. “Le point pourrait être à nouveau discuté au niveau du collège communal, nous espérons que les procédures seront suivies. Nous patientons jusqu’à mardi et en fonction du retour qui nous sera fait, nous verrons comment réagir.”

Du côté de la ville de Mons, on insiste sur le fait que cette décision n’est pas intervenue du jour au lendemain. “Il s’agit d’un agent contractuel licencié dans l’intérêt du service population, fréquenté par énormément de personnes. Son cas posait problème depuis longtemps”, souligne la porte-parole. “La discussion a été respectueuse, chacune des parties a pu faire valoir sa position.” Le syndicat et le bourgmestre rediscuteront dans le courant de la semaine.