Mons-Centre L’individu agrippait les fesses des femmes dans le parc de la plaine de Nimy

Depuis plusieurs jours, la panique a gagné les étudiantes de différents sites universitaires de Mons. En effet, plusieurs témoignages d’agression ont commencé à apparaître sur les réseaux sociaux, principalement entre le parc de la plaine de Nimy et le tunnel. Il faut dire que cette zone n’a pas tendance à rassurer en temps normal. Mais cette inquiétude a redoublé ces derniers jours.

"Le type est arrivé par-derrière et m’a agressée", "il croit que c’est normal d’agresser les filles en les attrapant par les fesses et en essayant de les tirer en arrière". "Je passais dans le parc pour aller à la gare. D’un coup, il est passé près de moi en me donnant un coup sur l’épaule, il m’a suivie quelques secondes puis a changé de chemin."

Selon les différentes descriptions données de l’agresseur, il s’agissait de deux hommes différents. Ces témoignages auront eu le mérite de faire réagir. Si les étudiantes se considéraient prévenues de ce qu’il se passait, les différents récits se sont ajoutés à des plaintes recueillies par la police. En début de semaine, un individu a d’ailleurs été interpellé dans le cadre de cette affaire de mœurs. Et ce vendredi matin, un second individu a été intercepté.

Un homme correspondant à la description faite par plusieurs filles agressées a été retrouvé dans le parc où il avait déjà sévi. Les étudiantes qui avaient porté plainte ont été contactées pour l’identifier. Il s’agirait d’un mineur d’âge.

Malgré ces interpellations , la panique semble continuer à enfler. Cette vague d’agressions a semé la crainte chez les étudiantes. Du côté des hautes écoles et des universités, on continue également d’appeler à la vigilance. Les autorités universitaires ont pris contact avec la zone de police de Mons-Quévy afin de les avertir. Les agents avaient déjà renforcé les rondes dans les endroits ciblés. D’autres plaintes pourraient être déposées dans les prochains jours.