Mons-Centre

Mons en Mieux et Citoyen s’écharpent sur les réseaux sociaux

La campagne électorale est bel et bien lancée dans tous les partis à Mons et elle fait déjà quelques victimes collatérales. Le docteur David Bouillon qui s’est récemment rallié au projet “Mons en Mieux” de Georges-Louis Bouchez (MR) nous avait annoncé qu’il mènerait “un véritable combat” pour arriver à ses fins à savoir éradiquer la pauvreté à Mons.

Pour l’heure, au programme, on assiste à des règlements de comptes via réseaux sociaux interposés sur fond d’aide aux personnes démunies de la région. Ainsi, ce week-end, le candidat de Mons en Mieux s’est écharpé avec Romane Ben Naji de Solidarité SDF-Mons, très proche du mouvement Citoyen. En cause ? La journée solidaire, organisée depuis quelques années par Solidarité SDF, en vue d’apporter un peu de réconfort, d’aide et de convivialité aux personnes démunies.

Bien que la journée ait été un véritable succès avec de nombreux bénévoles issus de différentes associations, les règlements de compte n’ont pas tardé à pointer. Via message, David Bouillon a tiré à boulets rouges sur la fondatrice du mouvement Solidarité SDF. Apparemment, les accointances politiques des uns et des autres ne font pas bon ménage, même lorsqu’il s’agit d’une “bonne cause”.

“Il m’a envoyé un message à 6 heures du matin me reprochant de ne pas avoir fait sa gloriole dans un article de presse”, explique Romane Ben Naji. “Avec son service Lagardère, il était présent à la journée Solidaire, comme d’autres. C’est une action solidaire qui veut montrer que nous pouvons, entre associations, être soudés. Mais apparemment, ce n’est plus le cas. Depuis qu’il s’est rapproché de Mons en Mieux, je ne sais pas ce qui lui passe par la tête. J e ne fais pas ça pour de la reconnaissance mais clairement, je sens qu’il y a une volonté de récupération politique.”

Du côté de David Bouillon, l’histoire n’est pas très claire. “Dans un combat comme le mien, avec des drames que je vois tous les deux ou trois jours, je me bats avec Lagardère pour apporter des traitements, soigner des dizaines de personnes, apporter des vêtements et des colis alimentaires,… Et après, pas un mot, sur le service médical aux personnes défavorisées qui est fait ?”, s’interroge-t-il.

“Mon rôle est toujours d’aider les gens en difficulté et de les sortir de l’ombre mais je suis déçu parce que mon service et tout le travail réalisé depuis 30 ans ne sont pas cités. Je regrette que depuis mon rapprochement avec Mons en Mieux, certains font des amalgames... Alors que tous les jours, je fais mon travail de médecin au service des plus démunis.” Ambiance.