Mons-Centre

Ils ont détourné 659 014 € de marchandises de leur employeur

659 014,22 € de marchandises détournées depuis les stocks du centre logistique de Wallonie, c'est l'affaire qui occupait le tribunal de Mons pour la deuxième semaine consécutive. Pas moins de quinze personnes se retrouvaient une fois encore sur le banc des prévenus.

Pour cette dernière partie d'audience, c'était au tour des exécutants de pouvoir se faire entendre par le biais de leurs avocats respectifs. Pour la plupart, ils ont demandé l'acquittement pour les accusations d'organisation criminelle ou d'association de malfaiteurs. Les « petites mains » ont en effet tenté de faire valoir qu'ils ne savaient pas qu'ils faisaient partie d'un réseau, et qu'ils ne faisaient qu'obéir à des menaces.

Stefano D., le dirigeant présumé, n'hésitait pas à faire jouer son avantage hiérarchique sur les uns, ou des menaces de porter plainte auprès de l'employeur pour les autres. Il détectait rapidement les failles de ses petites mains, et en jouait sans hésitation.

Dans son réquisitoire, la substitut du procureur avait d'ailleurs rappelé que le fait d'offrir des cadeaux et d'intimider étaient deux pratiques courantes dans les organisations criminelles.

Concernant les peines, les avocats ont proposé différentes options en fonction des antécédents de leurs clients respectifs, mais toujours en tentant d'éviter la prison.

Là où on pouvait retrouver un consensus à nouveau, c'est dans l'opposition des avocats des petites mains à la proposition de répartition de dédommagement, pour rembourser la somme perdue par le centre logistique de Wallonie.

Le tribunal dispose désormais de nombreuses demandes à étudier. Le jugement sera rendu le 19 juin.