Mons-Centre La commune va obtenir du temps pour changer les piquets de l’entrée du parc de Mariemont.

L’histoire des potelets du parc de Mariemont s’approche de son épilogue. La commune avait reçu une injonction de la Région wallonne afin de rehausser ces fameux piquets avant le 30 avril. Mais faute de pouvoir y répondre dans les temps, la commune avait demandé un délai supplémentaire.

Celui-ci sera prochainement accepté. "L’instance de tutelle nous a répondu que le délai supplémentaire allait certainement être accordé, détaille le bourgmestre Christian Moureau (PS). Elle attend cependant que nous prenions la décision financière avant de donner son autorisation."

Le point est donc passé à l’ordre du jour du Collège communal de ce lundi soir afin d’approuver un budget d’environ 40.000 euros. "Donc, en théorie, ça sera bientôt réglé", espère le bourgmestre qui obtiendra six mois supplémentaires pour régulariser les poteaux. "En concertation avec la Région wallonne, nous avons tablé sur six mois pour être certains, au cas où il y aurait un nouveau contre-temps."

Les modifications et l’ajout de manchons de 60 cm devraient cependant être effectifs bien avant la fin du délai. "Nous avons choisi les entreprises et le type de travail qui sera effectué. L’aménagement devrait donc être fait d’ici deux à trois mois, au plus tôt", termine Christian Moureau.

Pour rappel , tout avait démarré de la plainte d’un citoyen de Morlanwelz qui avait constaté le non-respect de la réglementation en vigueur, à savoir une hauteur d’un mètre pour faciliter la visibilité des potelets (il y en a une centaine) par les personnes à mobilité réduite (ils mesurent en réalité 45 cm). À la suite de cela, des procédures ont été lancées et la commune est, depuis la fin d’année 2017, mise en demeure de mettre le site aux normes.

L’affaire s’était amplifiée en janvier. Le député wallon Patrick Prévot (PS) avait interrogé à ce sujet Carlo Di Antonio (CDH), le ministre de l’Aménagement du territoire. Sa réponse était sans appel. "Si des potelets sont utilisés pour contenir le stationnement illicite des véhicules, par exemple, ils mesurent au moins un mètre […]."