Mons-Centre Les fossés sont toujours en cours de curage après l’accident au rond-point des Canadiens

Les interrogations quant à la pollution suite à l’accident d’un camion-citerne, survenu mercredi dernier au rond-point des Canadiens à Thulin, sont en passe de trouver quelques réponses. L’assainissement du périmètre pollué est toujours en cours mais les premières interventions sont encourageantes.

Pour rappel, la totalité du chargement, soit 32.000 litres de diesel, s’est répandue dans la nature. Le compartimentage du camion-citerne n’avait pas tenu, tout le diesel s’était déversé sur la voirie (à la rue du Marais), dans les égouts, les fossés et les champs. La pollution ne faisait aucun doute. L’intervention avait d’ailleurs nécessité des moyens importants comme la présence de multiples acteurs dont les pompiers, la protection civile, la police de l’environnement,…

Ainsi, sur plusieurs centaines de mètres, le carburant s’est infiltré partout. Le système de séparateur mis en place, jeudi dernier, afin de pomper davantage d’hydrocarbures que des déchets porte ses fruits. Hier, selon les estimations des spécialistes, quelque 25.000 litres de diesel ont déjà pu être récupérés et sont en cours de traitement.

La voirie menant au rond-point, bouclée à la circulation suite à la pollution, a été rouverte vendredi soir. "La route a déjà été réasphaltée", précise Eric Thiébaut (PS), le bourgmestre de Hensies qui a suivi de très près ces mésaventures. La dépollution aux alentours dans les fossés, étangs et champs est toujours en cours. "Nous avons déjà pompé 80.000 litres de terres, d’eau, de cailloux et de diesel", explique Thibaut Martens, de la société Martens Cuve Services qui est à pied d’œuvre depuis mercredi soir. "Nous avons commencé à cuver les fossés en réalisant des barrages pour filtrer les eaux. Des analyses de sol doivent encore être réalisées pour évaluer la situation et les prochaines interventions. Au niveau des étangs, il n’y a pas eu de souci. Nous estimons qu’il reste plus ou moins 10.000 litres à curer dans les prochains jours."

Le scénario catastrophe a donc pu être évité même si le travail d’assainissement n’est pas encore terminé. "Un prochain état des lieux importants sera réalisé à la fin du mois d’octobre. Et en fin d’année, je pense que les lieux seront complètement assainis mais il faut encore attendre les résultats des prochaines analyses."

Le bourgmestre se dit, lui, relativement satisfait des efforts déployés pour réagir au plus vite face à cette pollution. "L’efficacité et la vitesse d’exécution de l’entreprise, appelée en urgence dès mercredi soir, sont à saluer".