Mons-Centre C’est la première fois en Belgique que la multinationale de prêt-à-porter va inaugurer un chantier

Cette fois, c’est officiel : la multinationale Primark a confirmé sa venue prochaine (novembre 2018) dans le bas du piétonnier à Mons. Au grand jamais, la multinationale de prêt-à-porter "low cost" n’avait confirmé son investissement de près de plusieurs millions d’euros. Ce qui n’avait pas manqué d’alimenter les rumeurs et les critiques acerbes parmi les élus de l’opposition, du MR en particulier. Le chef de file des libéraux, Georges-Louis Bouchez, et Emmanuel Tondreau doutaient depuis deux ans de "cette annonce" faite par le premier échevin, Nicolas Martin (PS).

Reste que pour la première fois en Belgique, ce géant du prêt-à-porter va inaugurer un chantier où les futurs 4.500 m2 de surface nette de vente vont s’installer. Précisons que la stratégie de communication de cette multinationale n’a jamais été de dévoiler son jeu trop tôt. Pas même pour apaiser les tensions. Du coup, à la Ville de Mons, l’étonnement de cette confirmation n’est pas à l’ordre du jour.

"Le dossier est bouclé depuis bien longtemps", confirme le premier échevin, Nicolas Martin (PS). "C’est le fruit d’un travail inlassable mené depuis plusieurs années pour faire en sorte que d’importants projets aboutissent dans le cœur de Mons. C’est un projet pris totalement en charge par l’investisseur privé, même si à l’époque, avec mon département, nous avons eu un rôle décisif pour le convaincre."

Le futur Primark ne vient pas seul. Un parking souterrain est en construction, la présence de l’enseigne promet un flux annuel de deux millions de personnes et suscite un effet d’entraînement auprès de d’autres investisseurs privés. "L’essentiel n’est pas cette annonce de l’investisseur. L’essentiel est que ce projet se fasse et surtout, le plus important pour moi, que tous les autres projets de commerces de qualité initiés notamment dans le cadre du fonds d’impulsion connaissent aussi un véritable engouement. Nous constatons déjà une vague, qui va crescendo, d’ouvertures de nouveaux commerces dans le piétonnier."

Près de dix commerces de qualité vont ainsi ouvrir très bientôt grâce à ce fonds, ce qui permettra de remplir bon nombre de cellules commerciales encore vides. "Primark n’est pas l’arbre qui cache la forêt, même si l’opposition libérale tentera de faire oublier ses sorties mensongères. La présence de cette locomotive est liée à un ensemble d’actions que nous avons opérées et qui sont en cours de concrétisation pour le commerce en centre-ville", a conclu le premier échevin.