Reconstruire le chalet et sécuriser les étangs

F. Schiavetto Publié le - Mis à jour le

Mons-Centre

Certains jeunes s’envoient en l’air sur ses berges et laissent traîner leurs déchets. Quand ce ne sont pas des morceaux de voitures

STRÉPY Les étangs de Strépy sont un havre de paix pour les pêcheurs, les promeneurs, et les amoureux de la nature. Depuis plusieurs mois, le site est néanmoins victime de vandales et de jeunes, qui ne respectent rien. Les griefs sont nombreux : passages en quads, amoncellement de déchets sur les pelouses, etc.

Certains “amoureux” tout court n’hésiteraient d’ailleurs pas à s’envoyer en l’air sur les bords de l’étendue d’eau. Au grand dam du gestionnaire du site, qui ne sait plus à quels saints se vouer. Il faut écrire que même le petit chalet des étangs a fait les frais d’un acte de vandalisme. Déjà vétuste, il a été détruit par un incendie.

Même les pêcheurs sont pris à partie. Une barque a été dérobée, l’année dernière. Et pourtant, ce poumon vert de 37 hectares mérite que l’on s’y attache. Le site a d’ailleurs été référencé en zone Natura 2000. Ses berges avaient été rénovées pour près de 230.000 €. Mais les bancs, les tables sont systématiquement abîmés. La ville veut cependant rendre son lustre au site. Un budget de 800.000 € vient d’ailleurs d’être inscrit au budget extraordinaire 2012 pour la démolition puis la reconstruction totale du chalet des étangs.

Les plans de la structure sont séduisants d’après les observateurs. Mais déjà les critiques fusent : “au prix de deux maisons passives, on pouvait espérer qu’il le soit aussi.” Le président de l’asbl les Étangs de Strépy, Philippe Waterlot, ne désespère pas de le transformer en site familial.

La Ville de La Louvière veut repenser l’ensemble du site, mais également toutes les structures de gestion, parmi lesquelles l’asbl. Et pourquoi pas y impliquer les habitants du quartier afin de les sensibiliser à la protection des lieux ?



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner