Mons-Centre Le Centre d’excellence des métiers de l’Hôtellerie espère décrocher un label

Plus que jamais, le Centre d’excellence des métiers de l’Hôtellerie (CEMH), situé rue Grande à Saint-Ghislain, est déterminé à obtenir le label Centre de Technologies Avancées (CTA). Pour l’heure, la Province de Hainaut n’en compte que deux, l’un basé à Charleroi, l’autre à Leuze, dans les domaines de la mécanique. Ce serait donc une première dans notre région et dans ce secteur d’activité.

Mais rien n’est gagné et, pour prouver son enthousiasme, le CEMH avait convié la ministre wallonne de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (CDH), hier en début d’après-midi. "C’est pour nous l’occasion de montrer ce que l’on fait, de prouver que finalement, la seule chose qu’il nous manque, c’est ce label", explique Claude Charlier coordinateur. "Pour être crédible, nous travaillons depuis toujours dans l’esprit CTA, tant au niveau des équipements qu’au niveau de la valorisation des formations."

Cette labellisation serait pourtant un plus pour l’établissement. "Aujourd’hui, lorsque nous accueillons des formateurs, c’est à notre charge, même si nous avons la chance de pouvoir compter sur de nombreuses personnes qui soutiennent notre projet et qui, pour nous aider, viennent spontanément vers nous. Être labellisé nous permettrait d’être aidés à plusieurs niveaux." Citons l’accueil des formateurs mais également l’achat de matériels et de produits mis à disposition des stagiaires.

Particulièrement intéressée, la Ministre a eu l’occasion de découvrir les infrastructures du Centre et de déguster le savoir-faire des apprenants. Pour autant, elle a rappelé que si toutes les conditions étaient réunies pour être labellisé, ce ne serait pas pour tout de suite. "Donner une date précise m’est impossible, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas, aujourd’hui, d’appel à projets, a-t-elle souligné. Je constate que vous êtes à la pointe, que vous êtes un candidat sérieux. Les chances d’obtenir le label lors de la prochaine vague sont importantes."

De quoi rassurer l’ensemble des professionnels du Centre, qui ne cesse de grandir depuis son ouverture en 2015. "Le centre évolue vite car nous avons su nous entourer. Lorsque nous lançons une formation, nous tentons de la développer au maximum, de la décliner. L’objectif, c’est de pouvoir en proposer tous les jours, ce qui n’est pas encore le cas", conclut Claude Charlier.