Mons-Centre Les projets de terrain synthétique et de panneaux photovoltaïques sont aussi bien avancés.

Au début de l’année 2017, nous vous annoncions que divers projets seraient mis en place autour du stade Tondreau pour un montant total avoisinant 1,3 million d’euros. L’objectif étant de continuer à faire vivre l’enceinte financièrement grâce à la mise à disposition d’espaces pour des structures publiques et des entreprises privées. La Ville de Mons, via sa régie communale autonome qui gère le stade, touche désormais presque au but.

À commencer par l’ancienne villa du club de tennis, juste à côté du stade. "Nous terminons actuellement des travaux dans cet ancien club-house", détaille Marc Darville (PS), échevin en charge de la Régie communale autonome (RCA). "En principe, cela sera terminé pour le mois de novembre parce qu’il y a une société d’informatique qui va venir s’y installer. Elle devrait s’installer dès le 1er décembre."

Mais le plus gros chantier est sans conteste celui du parking. qui recevra un joli coup de lifting à 900.000 euros. "Ce n’est pas uniquement faire couler du bitume", défend l’échevin. "Il y a plein d’aménagements à faire : éclairage, cuves de récupération de l’eau, etc. L’étude, l’estimation et la réalisation du cahier des charges sont terminées. Nous attendons maintenant les soumissionnaires."

Les premiers coups de pelle devraient être donnés au début de l’année 2018. "Il faut encore un mois et demi pour avoir les soumissions et environ trois semaines d’analyse avant de pouvoir attribuer le marché. Nous allons avoir une collaboration avec le CHU Ambroise Paré qui va l’occuper durant la journée et pendant les heures d’ouverture de bureau. Le soir, pour les entraînements et les matchs de football, c’est le RAQM qui l’occupera."

Il ne restera alors plus que le dossier des panneaux photovoltaïques sur le toit de la tribune à finaliser. "Le cahier des charges n’a pas été simple à mettre en place : il a fallu savoir par exemple ce que la cabine pouvait supporter. Et puis nous voulions traiter directement avec le secteur public, mais il a été privatisé. Nous devons donc faire une mise en concurrence" , termine Marc Darville, heureux de l’avancement de ces différents projets. Comptons encore d’autres exploitations plus ponctuelles du domaine pour rentabiliser le stade : un espace prévu pour les guindailles étudiantes ou encore la location de la salle VIP de la tribune 1 pour des événements privés.