Strip poker avec beau-papa : six ans

J. T. Publié le - Mis à jour le

Mons-Centre

La maman de la victime de 12 ans est, elle, condamnée à trois ans avec sursis

MONS Pierre R., 49 ans, et Isabelle L., 38 ans, se sont rencontrés en 2007. Hier, tous deux ont été reconnus coupables par le tribunal correctionnel de Mons d’attentat à la pudeur à l’encontre de celle que nous appellerons Léah, 12 ans, la fille d’Isabelle.

Isabelle a également été condamnée pour non-assistance à personne en danger alors que Pierre, qui avait comparu détenu, était aussi accusé de viol. L’homme avait en effet contraint sa belle-fille à effectuer des fellations. Lorsqu’elle s’exécutait, Léah recevait 5 €.

Le couple aimait également prendre part à des parties de strip poker avec la fille d’Isabelle. Lors de son audition, la jeune victime avait même expliqué que, lorsqu’elle s’absentait, son beau-père faisait en sorte qu’elle perde en changeant ses cartes.

Pour Pierre, le tribunal a estimé que les faits dénotaient chez lui une telle dépravation de ses mœurs que “ni l’âge ni la fragilité d’une jeune enfant, ni les liens qui les unissaient, n’ont pu constituer un obstacle à ses pulsions”.

La sanction sévère est justifiée par la longueur de la période infractionnelle, la répétition des faits, le jeune âge de la victime ainsi que l’extrême gravité des atteintes portées à l’intégrité physique et psychologique d’une jeune enfant.

Pour la maman, le tribunal met en avant sa passivité face à un comportement inqualifiable mais aussi sa participation active dans certains faits d’attentat à la pudeur sur sa propre fille.

Toutefois, le tribunal a estimé pouvoir lui accorder le sursis. Pour cette faveur , il tient compte de son absence d’antécédent et de sa personnalité telle qu’elle apparait aux yeux d’un spécialiste. Le fait qu’Isabelle a respecté les conditions de sa libération a également joué en sa faveur pour bénéficier du sursis selon les conditions qu’elle a acceptées à l’audience.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner