Mons-Centre

125 ans après sa disparition, que reste-t-il de Van Gogh ? Ses œuvres bien sûr, mais aussi les endroits par lesquels l’artiste a séjourné au cours de son tumultueux périple. Depuis 2012, une association se propose de les relier virtuellement pour rendre l’héritage du peintre néerlandais plus attractif.

La maison de Cuesmes fait ainsi partie du réseau Van Gogh Europe. Et la maison Denis de Colfontaine pourrait bientôt elle aussi devenir une étape sur ce chemin de pèlerinage. C’est dans cette maison que Van Gogh a écrit à son frère des lettres essentielles qui témoignent d’un tournant important engagé dans sa vie artistique. De quoi authentifier le caractère unique du lieu et renforcer son attraction.

Mais à l’heure actuelle, l’édifice est dans un état désastreux. Seule sa façade a été préservée en l’état original. Le reste de la maison nécessite un travail méticuleux de reconstruction que rendent possible les documents iconographiques existants et les moyens financiers déjà réunis. Le montant total des travaux devrait ainsi s’élever à 275.000 € et sera supporté par différents partenaires réunis autour de la Fondation Mons 2015.

À terme, la maison pourra accueillir des expositions temporaires, un fonds de recherche de documentation sur Minnelli (voir ci-dessous). L’objectif est de transformer l’étage, pendant la saison touristique, en une chambre d’hôtes et, le reste de l’année, en résidence d’artistes scientifiques.

Reste à exproprier la maison ! Des démarches sont en cours auprès de la justice. Tous espèrent qu’elles aboutissent rapidement afin de pouvoir remettre comme prévu, en décembre 2014, les clés au bourgmestre de Colfontaine, Luciano D’Antonio. Après 2015, c’est d’ailleurs le centre culturel de la commune qui deviendra le gestionnaire du lieu afin de continuer à faire vivre la mémoire de Vincent Van Gogh.