Mons-Centre

La fratrie sévissait, en bande, dans la région à la recherche de bijoux en or

Bien mal acquis ne profite jamais, dit l’adage mais aussi la loi. Le tribunal correctionnel de Mons se penche sur une affaire criminelle transversale à charge de six prévenus (âgés de 25 à 33 ans), la plupart sont en séjour illégal. Les six prévenus sont poursuivis pour des vols qualifiés, des infractions à la législation sur les armes et les stupéfiants, du recel, commis en 2017 dans la région du Centre. Deux frères, suspectés d’être les principaux voleurs, sont détenus depuis sept mois.

“Ce ne sont pas que des faits de vols mais bien une délinquance ancrée sur tout le territoire. Il y a aussi des armes et des stupéfiants”, tançait le substitut Moinil à l’entame de son réquisitoire. “En bande, ils ont écumé toute la Wallonie, de la région du Centre à Namur en passant par Charleroi, pour casser des vitres, commettre des vols et dépouiller les gens. La Belgique n’est pas à un eldorado pour les criminels !”

L’enquête a démarré au premier trimestre 2017 suite à une dénonciation de violence intrafamiliale. Ali alias Rachid a rencontré Laurie (prénom d’emprunt) du côté de La Louvière. Ils vivent ensemble, ont des relations. Rachid est porteur du HIV, ne l’a manifestement pas signalé à sa compagne. Laurie a aujourd’hui contracté le virus et sa descente aux enfers a commencé. Et puis Arab ou plutôt Mohammed, son frère, a débarqué chez le couple. La “petite entreprise” s’est alors un peu mieux organisée.

Au total, ils sont poursuivis devant le tribunal correctionnel de Mons pour 28 faits de vols et des tentatives, du recel et de multiples ordres de quitter le territoire. “Lors de la perquisition en mars 2017, les policiers ont découvert une véritable caverne d’Ali Baba. Des gourmettes, des montres, des bracelets,… le tout, en or. Les deux frères passent leur journée à détrousser les habitants de la région du Centre, à l’aide d’une camionnette de déménageur.” Ils sont filmés par des caméras urbaines avant, pendant et après les méfaits. “Ils portent des casquettes, des lunettes, des armes et des munitions. Ils cassent des vitres, pénètrent dans des habitations ou des commerces et repartent avec leur butin en camionnette.”

En mars, sentant l’oignon, les frères sont allés s’établir du côté de Charleroi. Là encore, les cambriolages ont repris. “Une nouvelle perquisition est réalisée en août 2017 : les policiers retrouvent de nouveaux bijoux en or volés, un nouveau stock, renouvelé mais aussi conséquent que le premier !”, pointe le substitut qui réclame des peines sévères et fermes à l’égard des deux frères.

De fait, le ministère public estime que pour chacun des faits, au moins un élément matériel relie les prévenus. Les deux frères sont les plus actifs. “Le nombre de faits impressionnants ! Ils vivent dans la cupidité, pas dans la misère.” Trois peines distinctes pour les vols, les armes et les stupéfiants sont réclamées. Au total, Mohammed risque 7 ans et 4 mois de prison. Son frère Rachid risque 6 ans et 6 mois pour l’ensemble. Des peines de 10 à 20 mois sont réclamées pour les quatre autres comparses. Les plaidoiries de la défense sont prévues le 2 mai.